AU VIEUX NAVAGO

DE BRIC, DE BROC, DE BLOGUE ET DE BLAGUE*…

 

Comme le vinaigre vieux, ce blogue est sujet à une lente élaboration. Patience donc !

 

EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT…

Ce qui suit sur cinq colonnes à la une du Grand Quotidien Régional ‘L’Oignon’, jadis ‘issu de la Résistance’, qui journellement m’en abreuve, en faisant ses choux gras. Déjà, étudiants, nous nous époumonions : L’Oignon ! Torchon !… L’Oignon ! Torchon !…

Il me souvient que ma grand-mère, née à la frontière belge, me disait, enfant, sur le mode de la plaisanterie : L’oignon fait la soupe comme l’union fait la force (c’est la devise de la Belgique, ‘l’union fait le force’). Dans ma cuisine, je crois toujours en la force de l’oignon, mais celui-ci quant à l’éplucher sans pleurer !

AU JOUR LE JOUR

  • Deux chèvres massacrés par des chiens errants
  • Parkings de cimetières : gare aux voleurs de la Toussaint
  • Incendie : la commune de E. n’a plus de pain
  • Chasseur blessé : le chien fait partir le coup de fusil
  • Des voleurs pris dans la main dans le sac : 38 000 € de cuivre planqués dans un bois
  • Il marchait dans la nuit, un L…nois tué par une voiture
  • Vendanges : plus d’une tonne de raisin volée
  • Assassinat de Jackie la manouche : le mystère reste entier
  • Course-poursuite infernale sur l’autoroute
  • Une femme tuée par balles en plein de cœur de St-Q.
  • Le plus beau rond-point de France !
  • Drame à S. : il se noie devant ses amis
  • Mésaventure au cimetière : il tombe dans le caveau
  • Condamné en correctionnelle : il a laissé sa chienne mourir de faim

 

Tout est dans le journal, il suffit de le lire avec assez de haine. Elias Canetti.

L’impossible : événements, ce qu’il faut lire ou voir dans les journaux tous les jours, c’est à proprement parler l’insoutenable. Il semble donc impossible de poursuivre et l’on poursuit cependant. Comment ?  Philippe Jaccottet.

… Et pour terminer sur une note un peu moins grise, ceci : PERLES ET COQUILLES.

 

MIGRAINE, LE COMPRIMÉ

 

 

 

 

 

Au milieu de la nuit s’éveiller Par la migraine tenaillé Se lever Trouver un comprimé D’un verre d’eau l’accompagner Se recoucher Patienter…

… Lire plus…

 

LA VILLE

la-ville

 

 

 

La Ville, la découvrir, comme on soulève maintes couvertures avant de parvenir à la nudité aimée. La Ville. Les villes. Je les ai parcourues, j’en ai parcourues d’aucunes. Paris, bien sûr, mais plus incertainement : Alicante, Amsterdam, Anvers, Barcelone, Bordeaux, Bruxelles, Cologne, Cork, Dublin, Florence, Galway, Gand, Liège, Lille, Limerick, Lisbonne, Londres, Lyon, Marseille, Milan, … Lire plus…

 

MOCK’ART | NON MANIFESTE [PAUL MASSON]

vs-20150908_160700-160207 Non prière d’insérer Mock’Art est à l’art ce que l’art est à la moquerie. Libératoires grimaces ! Mock’Art est inodore, insonore, invisible, insipide, impalpable, inaltérable. Mock’Art est sans manifestation, sans concept, sans définition. Mock’Art EST. Mock’Art est sans salon, sans galerie, sans musée. Mock’Art est sans organisation, sans médiation, sans création, sans public. Mock’Art … Lire plus…

 

GUERRE…, MAIS GUÈRE !

IMG_20140223_092942La fin de l’hiver était douce et autorisait de saines promenades à travers les gravières — les ‘grèvières’, comme on dit ici — et le long du canal. Je m’avançais donc de mon bon pas et finissait par rejoindre un couple arrếté qui contemplait un envol d’oiseau : — C’est un cygne, disait-elle. — Non, … Lire plus…

 

LE MYSTÈRE DES ANNEAUX D’OR

concorde250x223Voici quelques mois, traversant le pont Alexandre III, à deux pas de la place de la Concorde et à quelques pas de moi, une jeune femme se penche et, étonnée, ramasse un gros anneau d’or. Elle se retourne pour voir s’il n’appartient pas à quelque passant qui vient de le perdre. Personne en vue. Elle … Lire la suite

 

 

MOURIR, DRÔLE D’IDÉE !

jeune_homme184x250L’homme immortel défie le temps et ne se pose pas la question de son éternité ; il n’est agité par nulle angoisse existentielle. Condamné à indéfiniment se survivre, il n’est aucunement préoccupé d’assurer une postérité. Immobile, sans futur, inlassablement face à lui-même, s’ignorant (il est le Tout, l’univers), et à ses semblables dont il ne … Lire la suite

 

 

TÊTE-À-TÊTE

rictusIl y a quelque temps déjà, attablé face à une femme amie que j’entretenais de certaines choses relatives à mon activité, j’observais son visage, sa bouche, ses yeux, son front, et remarquais qu’en écho à mes propos, à dire vrai incertains et inquiets, les siens, péremptoires et justes aussi — trop justes peut-être —, sertissaient … Lire la suite

 

POST-CURE [TRAIN DE NUIT]

train-de-nuitIl y a vingt-cinq ans [à la date de rédaction], le train à grande vitesse n’avait pas encore rapproché les recoins de la France de Paris, et il m’arrivait plusieurs fois par mois de faire certain trajet, dans un sens comme dans l’autre…  Aujourd’hui, décidément, ce court texte, resté en suspens, me rappelle, avec beaucoup … Lire la suite

 

MONSIEUR MOIJE ET MOI

vl-wp-nav-dupon-1Un pays où celui qui dit « je » s’enfonce prestement sous terre. Elias Canetti, Le Cœur secret de l’horloge.   Monsieur Moije m’entretient d’une question personnelle. Brièvement, il m’en expose le motif et, tout de go, sollicite ma réaction. Éloigné de son point de vue, j’ose un prudente objection que, derechef et abruptement, Monsieur Moije interrompt, … Lire la suite

 

* BLAGUE, subst. fém.

A.− Vx, au sing. Faconde creuse, hâbleuse ou mystificatrice ; verve amusante ou railleuse :

1. … rien d’amusant comme de voir la plaisanterie voltigeante, l’asticotage de sang-froid, la gouaillerie et la blague bien élevée de Giraud, la piquant et la harcelant comme un toréro qui pique des banderilles. E. et J. de Goncourt, Journal, 1866, p. 286.

SYNT. Avoir de la blague, avoir une fameuse blague ; n’avoir que (de) la blague, n’avoir aucune blague ; parler (de qqc.) avec blague ; mettre une sourdine à sa blague.

Source : CNRTL


AU VIEUX NAVAGO

EN-180x180