CANULARS ÉLECTORAUX

Les “promesses” de certains candidats aux élections me paraissent tellement irréalistes, que je pense aux canulars parfois savoureux d’anciens candidats à divers mandats.

En 1889, Rodolphe Salis, propriétaire du célèbre cabaret parisien Le Chat Noir se présentait aux élections législatives dans l’arrondissement de Pigalle, son programme tenait en deux revendications :

  1. Séparation de Montmartre et de l’État.
  2. Extinction du paupérisme après 9 heures du soir.

Quatre ans plus tard, Alphonse Allais, le plus célèbre pensionnaire du Chat Noir  présentait dans le 9e arrondissement, la candidature de son ami Albert Caperon (Captain Cap) dont il avait lui-même rédigé le programme :

  1. La place Pigalle, port de mer.
  2. Rétablissement de la débauche dans les rues pour favoriser la repopulation.
  3. Suppression a) de l’impôt sur les bicyclettes, b) de l’École des Beaux-Arts, c) de la bureaucratie.
  4. Aplanissement de la Butte Montmartre. (N.B. : Au cas où cette mesure serait trop coûteuse, il suffirait de surélever les autres quartiers de Paris jusqu’au niveau de la Butte.)

Mais le plus pittoresque est certainement Ferdinand Lop, dont les slogans étaient : « Tous pour le Front Lopulaire ! » et « Au char de l’État, il faut la roue d’un Lop ». Sa profession de foi tenait en deux points :

  1. Prolongation de la rade de Brest juqu’à Montmartre et extension du Boulevard Saint-Michel dans les deux sens jusqu’à la mer.
  2. Coupure de l’eau dans les immeubles à partir de 21 heures, afin de lutter contre la dénatalité.

Ferdinand Lop s’est présenté plusieurs fois sous la Quatrième République, avec des programmes aussi excentriques que :

  • L’installation d’un toboggan place de la Sorbonne pour le délassement des troupes estudiantines.
  • L’installation de Paris à la campagne pour que les habitants profitent de l’air pur.
  • La nationalisation des maisons closes pour que les filles puissent avoir les avantages de la fonction publique.
  • L’octroi d’une pension à la femme du soldat inconnu.

Ses réunions électorales avaient lieu dans une salle baptisée la “Salle Lop”. Ses partisans étaient des “Lopistes” et les opposants,  du mouvement “Anti-Lop”, les appelaient des “Lopettes”.
Ferdinand Lop fut dix-huit fois candidat à l’Académie française, entre 1936 et 1966.

Vous pensez, bien entendu, que des candidats disant des choses idiotes ne peuvent pas être élus, alors, méditez cette citation : « Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues ».  Adolf Hitler, Mein kampf (Mon combat). 1925.

31 thoughts on “CANULARS ÉLECTORAUX

  1. Je m’interroge : ce degré d’obstination, de persistance, de répétition dans l’acte – je pense surtout à Ferdinand Lop – me semble dépasser le simple canular, et relever, sur un mode humoristique, de la mystification-démystification (démythification) de nos institutions, notamment électives. Un geste donc éminemment politique, dans sa forme, disons, libertaire … Bien heureusement, la main fut reprise, d’autre manière, avec son apogée vers 1968, au Quartier dit Latin, par le bienheureux frère Aguigui Mouna

  2. Je ne me souvenais plus de cet excentrique André Dupont dit Aguigui Mouna, mais quand je découvre qu’il a perdu les législatives de 1988, face à Jean Tibéri, les électeurs du 5ème arrondissement ont fait fi de toute honnêteté !

    • Moi, je m’en souviens très bien quand j’étais étudiant à Paris, au tout début des années septante – comme on dit, dans ma Belgique (francophone) – ; il était souvent près de la fontaine Saint-Michel ou place Saint-André-des-Arts, où j’avais des amis… C’était une attraction ; il faisait partie, du ‘paysage’, comme on dit, encore et toujours, … son vélo, ses publications, ses harangues (souvent salées, auxquelles d’ailleurs ont faisait facilement un sort…)

  3. Je pense qu’à notre époque pas si lointaine, tu pourrais rajouter Coluche, mais tu te rappelles qu’il a dû arrêter car je crois qu’il était salement menacé du fait qu’il allait ramasser pas mal de voix.

    L’ironie ne fait pourtant pas de mal dans cette société où chacun des candidats ramène avant tout la couverture à lui-même !

    Belle journée et amitié.

    • Oh que oui Clara ! Je m’en souviens, les élections présidentielles de 1981, après 23 ans d’élimination de la Gauche, Coluche se présente, et jette l’éponge après la violence inouïe de la campagne, je viens de visionner cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=isRWkjnJO4o

      Violence et aussi manipulation, désinformation (voir en fin de vidéo Le Figaro et L’Aurore du même groupe de Presse, mais rien a changé aujourd’hui!…c’est peut-être pire!)

      Belle journée à toi, dans la bonne humeur!

  4. Que des promesses … et peu de résultats.

    Par contre, moi aussi, de beaux souvenirs, avec coluche !

    Bonne soirée, luc et à bientôt.

    PS : merci à ton ami pour sa diligence à me répondre.

    • Quand j’ai mis ce sujet, je pensais à toutes les propositions utopiques que nous allions entendre, et ne me doutais pas que nous allions assister, à gauche comme à droite à ce naufrage. Je ne vois en ce moment que l’image du Radeau de la Méduse car en fait, les naufragés, c’est nous -:(

       

    • Ne pas confondre ‘canular’ et ‘supercherie’ : ici, le canular moque ce qui le provoque (le pouvoir, le système électoral, les candidats dits sérieux), tandis que la supercherie se moque de ceux qui en sont victimes (les citoyens ou les électeurs, comme on l’entendra)…

    • Oh, Noëlle! Pour vous répondre du tac au tac, deux utopies me viennent à l’esprit: honnêteté et vérité.

      Mais, je ne dois pas réfléchir trop, au risque d’en énumérer tant, que je paraîtrais à vos yeux comme un grand utopiste . J’ajoute tout de même notre magnifique devise nationale.

  5. Oui Luc…Vérité incluant honnêteté, j’ajouterais amour au sens large, amour du vivant, humain, animal, végétal. Notre devise nationale? Un terme m’y choque : fraternité. C’est du “entre hommes”. Où sont les “sœurs”? Au sens large encore…Pas celles que la guerre sainte islamique nomme telles. Il faudrait peut-être un autre mot?

  6. Vous avez raison, soror serait la bonne racine. Liberté, Égalité, …?

    Je propose donc la parité dans ce domaine. Nous irons demain voir les nouveaux nés dans les maternités et paternités et emmènerons les enfants dans les écoles maternelles et paternelles…

    Pas de doute, il faut trouver le neutre!

     

  7. J’ai aimé la fin de l’échange entre Luc et Noëlle : Neutre alitée. C’est bien trouvé.

    La “sororité” me dérange pour des tas de raisons : du panaméricanisme à Ségolène Royal.

    Par contre le billet initial m’a beaucoup plu en partant de la Salle Lop, en passant par les Lopettes que je ne connaissais pas.

    Quant à Hitler, il n’y avait pas que des horreurs dans Mein Kampf, il semble qu’on y trouve quelques vérités comme celle qui suit  “Politicien : cette sorte de gens dont l’unique et véritable conviction est l’absence de conviction, associée à une insolence importune et à un art éhonté du mensonge.”

    Bonne fin de journée.

    • Bonjour Françoise,

      Vous avez aimé le commentaire de Noëlle, je vous conseille d’aller la lire…

      My God !  du panaméricanisme à Ségolène Royal ? je ne vois pas!

      On peut lire la traduction française de Mein Kampf très facilement sur internet :

      http://docplayer.fr/2253060-Adolf-hitler-mon-combat.html

      Je n’y vois qu’une bible indigeste de propagande du nazisme, et si je conclus mon article par une mise en garde, c’est que la situation politique actuelle de la France ressemble fort à celle de l’Allemagne de l’époque.

      Ce billet doit néanmoins s’inscrire dans sa destination première : l’humour.

      Merci beaucoup pour votre lecture.

      Bonne soirée.

  8. Un petit coucou ici, mais toujours rien de nouveau sur ces canulars qui, cette année, virent à l’eau de boudin !

    Bon dimanche, dans la tourmente mais on n’oublie pas les grands-mères !
    Avec des bisoux, luc

  9. J’ai bien ri au vu de ces propositions notamment celles de Lop  aussi utopiques que le revenu universel d’hamon : être payé à ne rien faire.  Mais face à ces propositions phares au milieu de la nuit pour les plus pauvres je balise car Madame le pen doit s’en rejouir. Elle n’a jamais eu autant de chance d’être élue. Seul Macron peut lui barrer la route au second tour. Le premier tour est capital.

    • Il est vrai que depuis l’nitial et magistral coup de pied au cul que le Créateur ajusta à ses deux premières créatures, il est écrit en lettres de feu sur la voûte céleste : Tu travailleras à la sueur de ton front. Ou, d’autre manière, dans la langue des philosophes, sur le fronton des centres de loisirs de Silésie, il y a quelques décennies : Arbeit Macht Frei. Nous voici donc ainsi revenus dans l’universel !

      • Certains ont trouvé des revenus, sans transpirer, mais à la sueur des autres. L’un d’eux a même dit que les centres de loisirs au travail n’était qu’un détail de l’Histoire.(et la liberté, éternelle).

        Pour l’universalité des revenus, qui va transpirer ?

Laisser un commentaire

*