D’UN MONOLOGUE DE JOSEPH B. À SAINT-FLORENT EN CORSE [KENNETH WHITE]

Exergue, avant-propos, cela ne suffit pas, poursuivons le voyage en compagnie de Kenneth White (lire la page précédente) en ce « passage ». Nous sommes en Corse, début novembre.   Assis à un café du bord de mer de Saint-Florent, j’ai regardé le soleil descendre sur le désert des Agriates, et le ciel se colorer … Lire plus…

D’UN LIVRE-ITINÉRAIRE [KENNETH WHITE]

Lorsqu’il voyage, il pousse toujours les choses jusqu’à leur extrême limite. Ernst Jünger, Visite à Godenholm. Depuis les zones intermédiaires de l’existence jusqu’au bord affûté de la vie. Léon Chestov, Les Confins de la vie. Plus un voyageur élargit le cercle de son savoir, plus il est isolé, seul avec l’univers. Jacques-Antoine Moerenhout, Voyages aux … Lire plus…

TOUT CE QUE… [FERNANDO PESSOA]

7 octobre 1931   Le couchant se disperse sur les nuages isolés dont le ciel entier est parsemé. Des reflets suaves, de toutes couleurs, emplissent là-haut les diversités de l’air et flottent, absents, sur les grandes meurtrissures des hauteurs. Sur la crête des toits qui se dressent, mi-ombre, mi-couleur, les derniers et lents rayons du … Lire plus…

UN OLIVIER SUR LE SOL ANGLAIS [ALDOUS HUXLEY]

Aldous Huxley, éminent écrivain anglais (Le Meilleur des Mondes…), fut de cette génération, sœur de celle d’André Gide, d’écrivains, poètes et artistes britanniques qui choisirent un moment de leur vie de résider sur le continent et plus particulièrement sur le pourtour méditerranéen et constituèrent ainsi une communauté cosmopolite et mouvante qui contribua activement à une … Lire plus…

LENTEUR [TAREK ESSAKER]

Sachez que rien ne nous retiendra, ni les herbes qui phosphorent, ni les songes qui, à trop d’allure sobre et lente, nous somment de délaver nos chemins incertains. Nous sommes plein d’impatience pour tant d’histoires et de mots, pour les couleurs blessées des sables, et le silence qui pavane aux marées, parmi les lunes. Combien … Lire plus…

À PAS LENTS… [TAREK ESSAKER]

À pas lents… À la trace des papillons… des cigales et de l’ombre… au hasard des moments… je t’écris pour te dire la variété de douleurs à conjuguer quand on vit seul ou avec quelqu’un… Que l’on rencontre l’univers ou le monde… les étoiles ou les aubes… toujours dénué de preuve… toujours à faire le saut… … Lire plus…

LA VOIE/X DU SILENCE [ISLAM MYSTIQUE]

Dans un ‘vieux’ livre, publié en 1936, dont le propos était d’offrir au lecteur des clés pour ouvrir à la compréhension de la toute nouvelle, et novatrice, alors, traduction des Mille et une Nuits du docteur Mardrus et, plus généralement, de l’œuvre de celui qu’il nomme l’Enchanteur Mardrus, l’auteur, Émile-François Julia, aborde et illustre dans … Lire plus…

LE QUOTIDIEN, L’IMPOSSIBLE, L’INCERTAIN [PHILIPPE JACCOTTET]

Risque pris. Non du collage mais de l’assemblage de trois textes, trois extraits, trois citations. Non pour démontrer, prouver mais, comme l’auteur le dit ici : ‘Ne rien expliquer, mais prononcer juste’. Risque pris en ce chemin, qui est peut-être impasse, absence de chemins, de cerner trois ‘topiques’ de la poésie, du moins telle que … Lire plus…

PASSION PUISSANCE2 [ANNIE MOLIN VASSEUR]

source : Ville de Montréal photo, Josée Lambert Il suffit de pousser une étoile sur le côté gauche du cœur, quand le cœur est oublié et de se pencher côté corps, quand le corps est est est… oublié, multiplié, nié, égaré, quand le corps… quand la mémoire… quand le cerveau… cerveau lent (traduire cerf-volant, très utile … Lire plus…

‘GENIUS LOCI’, LA GÉOGRAPHIE ET LE GÉNIE DES LIEUX [JEAN-ROBERT PITTE]

Nous autres géographes n’avons donc qu’une fonction et, j’oserais dire, qu’une seule utilité : révéler le génie des lieux afin d’aider les Hommes à trouver l’harmonie avec eux-mêmes et avec leurs contemporains en quelque lieu qu’ils se trouvent. Lorsqu’on demande à Xavier de Planhol de définir la géographie, il ne se lance pas dans de … Lire plus…

APRÈS MA JOURNÉE FAITE… [GÉRARD DE NERVAL]

Gérard de Nerval photographié par Nadar Après ma journée faite… Je m’en fus promener ! En mon chemin rencontre Une fille à mon gré. Je la pris par sa main blanche. Dans les bois je l’ai menée. Quand elle fut dans les bois… Elle se mit à pleurer. — Ah ! qu’avez-vous la belle, la belle ?… Qu’avez-vous … Lire plus…

FAITES PASSER… [PHILIPPE JACCOTTET]

Dans la nuit me sont revenues, avec une intensité pareille à celle que produit la fièvre, d’autres images de promenade ; au sortir d’un de ces rêves où l’on voudrait que certain nœud moite et vertigineusement doux ne se dénoue jamais. Cette fois-ci, c’était toujours la même réalité, un morceau du monde, et en même … Lire plus…

DOV’È LA SORGENTE? / OÙ EST-ELLE LA SOURCE ? [MOHAMED. H. AKALAY]

Dov’è la sorgente? Dove scorre il sangue degli innocenti? Dove malvagi venti devastano Bambini e fiori di menta? Dov’è l’ombra eclissato il sole? Dove volgari vulcani eruttano Miseria ed abiezione? Dove calcare i passi Sulla raffinata sabbia del dolore? Dove leggere il nome Sulla putrida pelle d’esilio? Dove seminare? Dove annidano letali aracnidi? Dove cogliere … Lire plus…