LE QUOTIDIEN, L’IMPOSSIBLE, L’INCERTAIN [PHILIPPE JACCOTTET]

Risque pris. Non du collage mais de l’assemblage de trois textes, trois extraits, trois citations. Non pour démontrer, prouver mais, comme l’auteur le dit ici : ‘Ne rien expliquer, mais prononcer juste’. Risque pris en ce chemin, qui est peut-être impasse, absence de chemins, de cerner trois ‘topiques’ de la poésie, du moins telle que … Lire plus…

PASSION PUISSANCE2 [ANNIE MOLIN VASSEUR]

source : Ville de Montréal photo, Josée Lambert Il suffit de pousser une étoile sur le côté gauche du cœur, quand le cœur est oublié et de se pencher côté corps, quand le corps est est est… oublié, multiplié, nié, égaré, quand le corps… quand la mémoire… quand le cerveau… cerveau lent (traduire cerf-volant, très utile … Lire plus…

‘GENIUS LOCI’, LA GÉOGRAPHIE ET LE GÉNIE DES LIEUX [JEAN-ROBERT PITTE]

Nous autres géographes n’avons donc qu’une fonction et, j’oserais dire, qu’une seule utilité : révéler le génie des lieux afin d’aider les Hommes à trouver l’harmonie avec eux-mêmes et avec leurs contemporains en quelque lieu qu’ils se trouvent. Lorsqu’on demande à Xavier de Planhol de définir la géographie, il ne se lance pas dans de … Lire plus…

APRÈS MA JOURNÉE FAITE… [GÉRARD DE NERVAL]

Gérard de Nerval photographié par Nadar Après ma journée faite… Je m’en fus promener ! En mon chemin rencontre Une fille à mon gré. Je la pris par sa main blanche. Dans les bois je l’ai menée. Quand elle fut dans les bois… Elle se mit à pleurer. — Ah ! qu’avez-vous la belle, la belle ?… Qu’avez-vous … Lire plus…

FAITES PASSER… [PHILIPPE JACCOTTET]

Dans la nuit me sont revenues, avec une intensité pareille à celle que produit la fièvre, d’autres images de promenade ; au sortir d’un de ces rêves où l’on voudrait que certain nœud moite et vertigineusement doux ne se dénoue jamais. Cette fois-ci, c’était toujours la même réalité, un morceau du monde, et en même … Lire plus…

DOV’È LA SORGENTE? / OÙ EST-ELLE LA SOURCE ? [MOHAMED. H. AKALAY]

  Dov’è la sorgente?Dove scorre il sangue degli innocenti?Dove malvagi venti devastanoBambini e fiori di menta?Dov’è l’ombra eclissato il sole?Dove volgari vulcani eruttanoMiseria ed abiezione?Dove calcare i passiSulla raffinata sabbia del dolore?Dove leggere il nomeSulla putrida pelle d’esilio?Dove seminare?Dove annidano letali aracnidi?Dove cogliere i petali e frutto?Là nelle anime di quei sassiBagnati di lacrime dei … Lire plus…

LE SENTI D’ASPHALTE [TAREK ESSAKER]

inerte immerge le vertige t’emporte te prolonge traces nouées chaos avec ce trouble fécond de ton ailleurs ellipse entre surprendre à tout instant force vitale au hasard oubliée et silence qui tisse la rosée et l’indicible dans l’oblique horizon l’éclat vigile éraille les signes d’un désordre nu et n’en laisse aucune trace… Tarek Essaker, 18 … Lire plus…