ANTIPASTO / JARDINIÈRE PIÉMONTAISE [CUISINE TRADITION]

COTÉ CUISINE | RECETTE DE GIOVANNA A. | TRADUITE ET ÉDITÉE PAR VINCENTSTEVEN | 3/12/19
Antipasto ou jardinière piémontaise [Gianduia]

Temps de préparation : 2 heures

Temps de cuisson : 1 heure

Temps total : 3 heures

Cuisine : Tradition

Portions : 20

Merci à Giovanna A. pour son authentique recette traditionnelle et familiale piémontaise.

En le comprendra au vu des quantités mises en œuvre et du nombre d’opérations, il s’agit d’une préparation de conserves que l’on sortira, au fil de l’année, à l’occasion et en prélude d’un repas festif.

L’intitulé de la recette en italien porte ‘Antipasto’, ‘Giardiniera piemontese’ et ‘Gianduia’. L”antipasto’ ou les ‘antipasti’, en Italie, précèdent, lors du repas, la ‘pasta’, les pâtes. Quant à la ‘gianduia’, ou ‘gianduja’, il s’agit à l’origine du masque de carnaval piémontais. Par assimilation, c’est aussi le nom donné à une pâte au chocolat et noisettes traditionnelle, dont la commercialisation intensive a fait le succès mondial d’une marque que je ne citerai pas. C’est aussi, au Piémont, celui donné à la présente recette.

Rédaction de la recette : Giovanna A. Traduction : VS

Ingrédients

  • 2 kg de tomates [1]
  • 1 kg de poivrons
  • 1/2 kg de carottes
  • 1/2 kg de haricots verts
  • 1/2 kg de petits oignons ou 2 pots [2]
  • 1 chou-fleur
  • 1 céleri
  • 1 boîte de champignons au naturel ou des champignons frais [2]
  • 2 pots d’olives dénoyautées ou l’équivalent en vrac
  • 2 pots de petits cornichons ou l’équivalent en cornichons frais (optionnel)
  • 4 boîtes de thon au naturel (optionnel)
  • 2 verres de vinaigre
  • 2 verres d’huile
  • 1 cuillerée à soupe de sucre
  • 1 cuillerée à café de sel
  • 5-6 clous de girofle et grains de poivre noir (selon le goût personnel)

Instructions

  1. Laver les légumes et les couper en morceaux (personnellement, je les préfère petits), le chou-fleur, partagé en petites fleurettes, le reste en petits cubes ou rondelles.
  2. Passer les tomates, porter à ébullition, puis ajouter les légumes, 5 minutes pour le céleri et les carottes, 4 minutes pour les oignons et le chou-fleur, 3 minutes pour les haricots, 2 minutes, les poivrons. [3]
  3. Éteindre et laisser refroidir, puis ajouter le thon et les olives dénoyautées (pour ma part, j’ajoute aussi des cornichons) .
  4. En résumé, si vous suivez ma façon de faire, il vous faut 2 bocaux d’olives, 2 de petits cornichons [4], 2 de petits oignons , 2 boîtes de champignons, 4 boîtes de thon. [5]
  5. Après avoir bien mélangé le tout, verser dans des bocaux à stériliser, les placer dans l’eau froide, éventuellement entourés de chiffons afin d’éviter une casse éventuelle.
  6. Faire chauffer, et dès ébullition, compter 12 à 13 minutes, éteindre, couvrir, laisser refroidir dans les bocaux.
  7. Sachez qu’avec les quantités indiquées, j’ai obtenu une première fois 26 petits bocaux, la fois suivante, les ayant réduites (chou-fleur plus petit et 300 g de carottes et haricots), j’ai obtenu 20 petits bocaux.

Notes

[1] Pour une question de temps et par facilité, on peut utiliser 2 ou 3 bouteilles d’un litre, ou l’équivalent en boîtes ou berlingots, de purée de tomate, la préparation doit être assez liquide lors de la cuisson. [2] Pour ce qui est des champignons et des oignons nouveaux, un peu moins de deux bocaux d’oignons et deux de champignons au naturel. [3] Après avoir mis le céleri et les carottes, ajouter une minute après les oignons et le chou-fleur et ainsi de suite, et après avoir ajouté les poivrons, porter de nouveau à ébullition et attendre deux minutes. Ajouter alors l’huile, le vinaigre, le sel, le sucre, les clous de girofle et les grains de poivre. Ajouter enfin les champignons, si vous les utilisez frais, faire bouillir encore 3 minutes. [4] Les cornichons. Il ne s’agit pas des petits cornichons au vinaigre que nous connaissons ici mais des cornichons frais dont la taille se situe entre celle de nos cornichons et celle des petits concombres. Nos cornichons peuvent faire l’affaire à condition de les ajouter au moment de servir et non lors de la préparation. De même pour le thon que l’on peut servir séparément à table pour qui a des réticences. [Note du traducteur] [5] Comme je suis méticuleuse, je coupe les olives en petites lamelles, les cornichons en deux, puis en petits cubes, mais franchement, ça dépend des goûts. Il s’agit alors d’adapter en conséquence. Pour ce qui est de la “passata”, la purée de tomates, je la prépare moi-même et la conserve.

https://excentric-news.info/cote-cuisine/antipasto-jardiniere-piemontaise-cuisine-tradition/
VERS CÔTÉ CUISINE
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.