DE NŒUDS ET DE CORDES [À PROPOS DE JEAN-PIERRE HUSQUINET]

corde250x168

CONTRIBUTION À INNOMBRABLES RETOURS.

À propos et à la périphérie du travail de Jean-Pierre Husquinet.

 

Les lianes attachent, mais elles ne savent pas nouer. Il faut une main d’homme pour attacher en nouant. Quand j’écrivais mes livres sur l’imagination de la matière, comment ai-je pu négliger de méditer sur la corde souple qui conquiert par le nœud le symbole de la force et de la ténacité ?

Gaston Bachelard, Châteaux en Espagne.

 

Il fallait que ça se lie, se noue…, pour se délier, se dénouer. Ainsi l’écriture, vient en liant les mots, dénouer le propos qui la lie. Ainsi elle se libère…, elle m’en libère. Et quelle paix, quelle sérénité quand tout est lié, ficelé, retenu…, libéré !

On ne connaît de l’artiste, cordier et noueur, que l’ “artefact”, arrêté, finalisé, optimisé, au cœur duquel la force semble bloquée, jugulée, indéfiniment suspendue, au point de s’oublier. Mais qu’un instant il nous vienne d’imaginer, et par là, de libérer, toute la placide force contenue…, et nous voici emprisonnés dans un inextricable réseau mêlé d’énergies pures qui viendront vite nous étouffer dans leurs méandres torses.

On ne libère pas impunément cette savante plasticité, cette domestication de tensions retorses, cet équilibre parfait, intangible et fragile de celui qui, patiemment, philosophiquement, a lié et noué, de propos délibéré.

La corde : matériau parfait. Parfaite adéquation de la matière à l’usage qu’on en a. Au commencement était la liane, qui donna l’idée. Enfants, petits Tarzan, elle nous balançait, sommairement, d’une branche à l’autre… Nous échappions fugitivement à la loi de la terre et des hommes. Corde, filin, câble d’acier…, elle autorise toutes les audaces : passerelles vertigineuses, ponts suspendus, puits démesurés, ascenseurs effrénés, parachutes mêmes, grands voiliers…, et même Ulysse, à son mât, lié.

La corde relie, elle est un lien. Un lien soudant deux extrêmes que rien d’autre qu’elle ne peut solidariser… ; avant d’être, repliée sur elle-même, la condition d’une association, le nœud même d’une nouvelle entité, nouée sous son serment,. Solidité de l’acte…, le nœud.

Précédant tout outil. Deux mains, deux bras y suffisent : torsader. Et la force de constriction en devient considérable. Mais aussi, quelle habileté dans le geste de nouer ! Science savante de marins… Pour l’utilité, l’efficience, certainement, pour la beauté du geste, de l’objet, aussi. Autant concept que réalité. Organique et idéal. Simple ou complexe, il n’est de nœud qu’harmonieux. Sinon grossièreté. Nœud merdeux, nœud merdique.

Au commencement était la corde… Que seraient le coup de poing, la massue, et le bâton et le silex…, s’il n’y avait eu la corde pour les allier, les transcender, de deux fonder l’unité. L’objet complexe né, l’esprit se délie et peut se projeter… Bonheur, malheur des hommes. Arme et outil. Instrument de toute manière. L’aiguille et son fil, l’arc et sa corde… Désormais plus rien pour l’arrêter…

… Si ce n’est l’artiste, philosophe démiurge, qui sait tout immobiliser, maîtriser les tensions intériorisées, les suspendre, les assujettir à une volonté unique nommée imagination. Traîtrise de cet “objet d’art”, “artifice” emprisonnant le flux tendu entre le monde et, en nous, le plus intime. De grâce, ne contrariez point… Soutenez l’harmonie de cette tension suspendue, concentrée, prête à se libérer. Attention au moindre coup de canif… Dénouement.

“Ainsi le nœud, le symbole de la fixation, est bien loin de laisser une imagination dynamique tranquille.” (Gaston Bachelard).

Rêverie de la volonté et du repos.

v.l., 30/01/05.

Ce texte a paru comme contribution à Innombrables retours (À propos et à la périphérie du travail de Jean-Pierre Husquinet), Éditions Yellow Now, coll. Côté Arts, Crisnée (Belgique), 2005. ISBN 2-87340-195-8 (Diffusion-distribution : La Fédération / UD Flammarion en France et Suisse, Exhibitions International en Belgique et autres pays.)

Né en Belgique, Jean-Pierre Husquinet est sculpteur, peintre, sérigraphe, éditeur, musicien (un peu), voyageur (beaucoup), enseignant et collectionneur.

Publié initialement dans les pages ‘Les Nourritures Terrestres’ du site sous le clavier, la page, en 2005.

2 réflexions au sujet de “DE NŒUDS ET DE CORDES [À PROPOS DE JEAN-PIERRE HUSQUINET]”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.