DES POINGS DANS DES POCHES CREVÉES [JEAN-MARC LECHÂTEL]

Il est de ces poèmes, incertains sans doute, auxquels on s’accroche, on se rallie comme à des étendards en loque. Ils nous disent aussi bien que nous-mêmes. Et qu’importe alors si la mémoire de l’auteur, elle-même, s’est effilochée au fil de l’histoire. Gageons aussi qu’il est ainsi des trames qui ne s’égarent jamais tout à fait.

je suis entré dans la vie
mon poing ganté de tristesse
tenant l’épervier du rêve
je me suis meurtri les pieds
aux cailloux du chemin
j’ai écorché mes genoux
aux ronces du taillis
j’ai brandi ma main gauche
sanglante de rixes inutiles
au-dessus de l’azur des bonheurs égoïstes
mon épervier s’est envolé
il ne me reste plus que mon gant de tristesse
et mes plaies à vif sous le soleil des hommes

Jean-Marc Lechâtel

 

Revue ‘Soleil’, n° 2, Alger, 1950.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.