DU NOM, LE SOL [TAREK ESSAKER]

Est-ce Mon nom
Ou le Sien ?

Ce lieu
S’ invente
Vie
Dans de ce qui
S’absente
Et s’articule faux

C’est un sentiment obscur
D’y être mêlé

Comme le visage
De l’aimée
Comme la figure
De l’absente

Amante

Je suis l’oiseleur
Attendant les oiseaux
Sous le mûrier

Les débris de l’ombre
Semblent venir
Du bout de l’arbre

Exilé
Qui ne cesse
De revenir
Dans les galops
Des colères

Est-ce un mensonge ?

Dans le creuset
De l’agonie
D’où surgit
Une figure du monde

Une jeune fille
Souriante
Au seuil
De l’inattendu
Danse
Tourne
Danse

Il a été déposé
Au milieu
D’un poème
En quête
De cauchemar
Ou de rêve

N’a pas connu
Les derniers dieux
Des hommes

Ni maîtriser leurs
Infinies sonorités
Qui le briseraient

De part en part
J’ai conduit les papillons
Aux nuages

Comme les songes aux songeurs

J’en prends la mesure
De ces infinies heures
De fronde

Qui ne cessent
D’essaimer
Des poussières

Et prendre le silence
Pour un sol
En éclat
Au galop
Ou un retour
Dans la haine

Les youyou rouleront
Les dénis hâtifs
Les blessures
En haillons
Imiteront
L’heure du soleil
Au zénith

L’heure irrémédiablement
Lunatique
Hérétique

L’heure est celle
Du mûrier
Il vient de lui-même

À chacune de ses étreintes
Une perte
Incessante
Hâtive

Se renouvelant
Non sans douleur

Et de laquelle
Aussi étrange
Soit-elle
Se dessaisir ?

Faut-il épeler
Les berceuses d’antan ?

Chahuter le présent ?

Où aller avec si peu
Vers
Ce que la mort
Réveille ou meut ?

Souvent
Trop souvent

 

Tarek Essaker, le 31 décembre 2021.

1 réflexion au sujet de « DU NOM, LE SOL [TAREK ESSAKER] »

  1. DU Nom le SOL
    Bien ancré… Majestueux… Sacré…Le Sol, indissociable de l’âme du poète, créateurs de la vie ; vie à double dimension, apparente … souterraine, accessible…inaccessible, absurde …pleine de sens. Absence… renaissance, engrais de l’immortalité. Eau coulante… images arborescentes, fleuves allaitants la vie, eau et terre, imagination débordantes. La vie est là indéfiniment. La Mort ne fait pas peur. La mort régénère ce qui se fane ce qui s’enlaidit : la douleur crée la lueur, l’obscurité crée la clarté. Le Sol, l’Ame du Poète sombre de fertilité, angoissé d’espoir, toujours en marche vers l’avenir, toujours présent à l’écoute de l’infini.

    BHOURI RAFIKA

    Répondre

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL | MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS