DU SEUIL, L’ESPÉRANCE ENTÊTÉE [TAREK ESSAKER]

Est-ce toujours moi ?
Est-ce toi ?
Là-bas, par ici.
Qui apprivoise le vent de sa déraison
Et ouvre une brèche aux silences

Et je m’en vais chanter la colère
Et je m’en vais chanter mes adieux
Est-ce moi ?
Est-ce toi ?
Toutes ces absences
Tous ses quais vides
Toute cette terreur au ventre
À faire route
À faire chemin

Et je m’accroche à la prudence d’une nuit
En maraude
Afin  de traverser les fièvres
D’un rêve ou l’autre
D’une ravine à l’autre

Est-ce toujours moi ?
Le jour se lève sur une terreur de plus
Taraude mes souvenirs
Épargne mes défaites
Désosse mes pas
Disperse mon corps
Vers mes exils

Et tisse des nœuds à mes blessures
À même mon linceul
D’errant
Dit-on

T. E. [22/10/21]

 

À la rencontre de ce que nous sommes
L’exil nous entraîne vers un
Hors champs
Sans promesses

On voudrait creuser plus loin
Franchir au loin ce qui semble interrompu en nous
Meurtri

Cueillir pétale après pétale
Les grands et petits chaos
Au plus profond de leur conque

N’est-ce pas veiller à réaliser la mue
Là où la peur, l’incertain comme l’inconnu, nous gagnent

T.E. [28/10/21]

Photo : Tarek Essaker, Tunis, octobre 2021.

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL, MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS