ET PAR TROIS PETITS POÈMES ÉPARS

… du plus tendre (1993), au plus terrible (2003).

1.

Tes lèvres
Ce matin
Dès la première gorgée
J’ai pensé à toi
Tes lèvres
Étaient dans la tasse de café
Délicatement
Je les ai aspirées      sucées
Puis croquées
Comme on le fait d’une dragée

Mais à la seconde gorgée
Tes lèvres
Baignaient toujours dans le café
Alors je les ai baisées

 

et-par-trois102x76

2.


où la terre
éteint ses dunes
la mer
ourle
ses flots

 

3.

un 23 juillet

alourdi
écrasé
de ce qui nie
amoindri
amputé
de ce qui est

meurtri
blessé
de ne plus s’aimer

réduit
retranché
de ce qui est entier

forgé
blanchi
consumé
au feu
de ce déni

accablé
de cruauté

 

Paru initialement dans les pages ‘Poètes, nos papiers’ du site sous le clavier la page, 2003.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.