ÉTAT DE SIÈGE… ET D’URGENCE [MAHMOUD DARWICH]

 

Ce siège durera jusqu’à ce que l’assiégeant,
Comme l’assiégé, réalise que l’ennui
Est l’un des attributs de l’Homme.
*
Vous qui veillez ! N’êtes-vous pas fatigués
De surveiller la lumière dans notre sel ?
Et du feu des roses dans notre plaie,
N’êtes-vous pas fatigués, vous qui veillez ?

Mahmoud Darwich, État de siège, Actes Sud, 2004, traduction de l’arabe par Elias Sanbar.

Ce jour, à l’équipage du ‘Dignité Al-Karama’ et, plus encore, à celles et ceux dont il est solidaire. Et, très accessoirement, à la dignité d’une France retrouvée.

3 réflexions au sujet de “ÉTAT DE SIÈGE… ET D’URGENCE [MAHMOUD DARWICH]”

  1. Peut-être pour que ne s’éteigne pas l’intrication entre les rubans de notre ADN dont participe notre pensée individuelle et les supercordes…

    C’est ce que je pense chaque fois que je vois les étoiles et les oiseaux migrateurs dont le mouvement répond à un mystérieux signal encore inconnu.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.