EXCENTRIC-NEWS | INDEX DES ARTICLES

Le soir après la télévision Madame fait Ah ! Ah ! Monsieur fait Oh ! Oh ! Et les enfants grandissent Illustration : istocckphoto.com ...
Lire La Suite…
L'intermittence mécanique de la pluie, les briques et les fenêtres, la lampe dont on a oublié l'usage, que fais-tu sans réponse parmi les gestes des épingles. Et si nous mettions tous les ascenseurs du monde l'un au-dessus de l'autre est-ce que la lune pourrait descendre ? Parce que Madame est fille du diable. Nous vivions par les caricatures des sourires et des images, le grand maquillage du temps et de l'espace, le seul souhait qui ...
Lire La Suite…
Il y a deux voies par lesquelles l'esprit de culture peut-être rabougri. Par la première – celle d'Orwell – la culture devient une prison. Par la seconde – celle de Huxley – la culture devient du burlesque. Inutile de rappeler à quiconque que notre monde est gâté par de multiples cultures-prisons… et peu importe si nos gardiens sont inspirés par une idéologie de droite ou de gauche. Les portes de la prison sont aussi infranchissables, ...
Lire La Suite…
Au milieu de la nuit s'éveiller
Par la migraine tenaillé
Se lever
Trouver un comprimé
D'un verre d'eau l'accompagner
Se recoucher
Patienter
Se rendormir enfin apaisé
Au petit matin se lever
Retrouver le verre vidé
… et le comprimé   Illustration : Wikipédia ...
Lire La Suite…
Les "promesses" de certains candidats aux élections me paraissent tellement irréalistes, que je pense aux canulars parfois savoureux d'anciens candidats à divers mandats.
En 1889, Rodolphe Salis, propriétaire du célèbre cabaret parisien Le Chat Noir se présentait aux élections législatives dans l'arrondissement de Pigalle, son programme tenait en deux revendications…
  1. Séparation de Montmartre et de l'État.
  2. Extinction du paupérisme après 9 heures du soir.
Quatre ans plus tard, Alphonse Allais, ...
Lire La Suite…
Il est une célèbre Voix de l'Amérique / Voice of America [entendre des États-Unis d'Amérique], une radio émettant à travers le monde entier, fabuleux outil de propagande qui connut son apogée pendant la guerre froide, mais il est une autre Voix de l'Amérique, de toutes les Amérique, celle tout particulièrement de Sitting Bull [Taureau Assis], chef incontesté des Sioux, qui lutta contre l'envahisseur des territoires amérindiens et infligea une cruelle ...
Lire La Suite…
FANTAISIE D'UN PAUVRE Un homme de Song, en se promenant, trouva sur sa route la moitié d'une taille que quelqu'un avait perdue. Rentré chez lui, il la cacha et, en secret, il ne faisait que compter les coches. Un jour il dit à son voisin : "Attendez, il est possible que vous me voyiez riche."   UN CONSEIL INTÉRESSÉ Un homme possédait un arbre desséché. Le père de son voisin dit : "Un arbre sec ...
Lire La Suite…
Un portrait, par le photographe Herbert List, de Morandi penché sur un groupe de ses objets familiers dans un regard d'une telle puissance de concentration qu'un critique a pu comparer l'attitude du peintre à celle d'"un joueur d'échecs qui médite un coup tout en ayant déjà présent à l'esprit le schéma des coups suivants, voire de toute la partie" ; "je crois, poursuit-il, qu'il mettait la même attention à déplacer ses objets dans la lumière ...
Lire La Suite…
D'abord régler un compte. De Rilke, nombre ne connaissent rien, c'est-à-dire qu'ils n'ont en bouche que les Lettres à un jeune poète. C'est tout. Cela suffit. Munis de ce viatique, les voici parés pour la haute mer de la haute poésie. Ils n'apprendront rien. Il n'y a rien à apprendre.
Ce recueil ne leur est pas destiné ; il a été conçu pour un nommé Kappus. C'est tout. Et Kappus lui-même n'en fit rien ...
Lire La Suite…
La Ville, la découvrir, comme on soulève maintes couvertures avant de parvenir à la nudité aimée. La Ville. Les villes. Je les ai parcourues, j'en ai parcourues d'aucunes. Paris, bien sûr, mais plus incertainement : Alicante, Amsterdam, Anvers, Barcelone, Bordeaux, Bruxelles, Cologne, Cork, Dublin, Florence, Galway, Gand, Liège, Lille, Limerick, Lisbonne, Londres, Lyon, Marseille, Milan, Montréal, Nancy, Ottawa, Pérouse, Porto, Rome, Strasbourg, Toulouse, Tunis, Turin, Valence… La liste est immesurée. Mille e tre… Où débute-t-elle, ...
Lire La Suite…
mock-art2000x740
NON PRIÈRE D'INSÉRER
Mock'Art est à l'art ce que l'art est à la moquerie. Libératoire grimace ! Mock'Art est inodore, insonore, invisible, insipide, impalpable, inaltérable. Mock'Art est sans manifestation, sans concept, sans définition. Mock'Art EST. Mock'Art est sans salon, sans galerie, sans musée. Mock'Art est sans organisation, sans médiation, sans création, sans public. Mock'Art est pratiqué par des millions de personnes sans concertation. Toute expression de Mock'Art est autoproclamation, sans revendication, sans légitimation, sans ...
Lire La Suite…
J'entends ce matin une nouvelle qui provoque ma colère. Sur les couvertures des manuels de la prochaine rentrée scolaire, une mise en garde destinée surtout aux parents de nos jeunes enfants : il sera indiqué que le livre est rédigé selon la nouvelle orthographe. Sur les couvertures des manuels de la prochaine rentrée scolaire, une mise en garde destinée surtout aux parents de nos jeunes enfants : il sera indiqué que le livre est rédigé selon la ...
Lire La Suite…
Una mattina, alla fine di luglio del 2010, ti ricordi, fratello Piero, in questa abbazia ? Un giorno luminoso, musicale e silenzioso [mi hai detto che uno studente di Messiaen è venuto lì per l’acustica] dopo un'altra giornata, terribile… À la mémoire de M.H.A. photo : VS Abbazia di Sassovivo, Wikipedia ...
Lire La Suite…
C'est le mois d'août, vous roulez sur l'autoroute A10 / A63 depuis des heures, la traversée des Landes vous semble monotone, mais la circulation est dense, vous ne voulez pas quitter cette route, la belle Espagne est à quelques kilomètres. Vous y êtes presque ! Bientôt la sortie de la forêt landaise, le péage de Bénesse et… zut !… un bouchon de plusieurs kilomètres, la fatigue vous emporte ! Danger. Patience, pas d'arrêt possible ! N'attendez pas, vous avez ...
Lire La Suite…
… il n'y a pas d'ordre sans équilibre et sans accord. Pour l'ordre social, ce sera un équilibre entre le gouvernement et les gouvernés. Et cet accord doit se faire au nom d'un principe supérieur. Ce principe, pour nous, est la justice. Il n'y a pas d'ordre sans justice et l'ordre idéal des peuples réside dans leur bonheur. Le résultat, c'est qu'on ne peut invoquer la nécessité de l'ordre pour imposer ses ...
Lire La Suite…
 Institué en 1928, d'après l'ATILF, le pifomètre, qui existait déjà depuis des millénaires de manière empirique, est venu rejoindre, républicainement, au fil des décennies, notre cher, et devenu quasi universel, système métrique, grâce une nouvelle fois au charisme du général de Gaulle qui, en l'occurrence, pour ce qui est de l'instrument, sert toujours de référence. Certains le considèrent même dans son domaine comme le pifomètre-étalon [ci-contre une esquisse encore schématique datant de l'époque] : «En ...
Lire La Suite…
RÊVERIE CHINOISE [À L'ANCIENNE] La nuit
Sur l'étang
Étend sa lune Photo : v.l., 29/09/2015. ...
Lire La Suite…
Les premiers rayons de soleil vont provoquer de nombreux accidents, les victimes seront principalement les citadins qui se sont exposés pendant des semaines aux rayons lumineux de leurs écrans d'ordinateurs pour choisir leurs destinations de vacances. Malheureusement, ces rayons-ci ne valent pas ces rayons-là. Blancs comme le poulet de batterie, ils vont se faire rôtir au soleil, comme au four. Les dangers d'une exposition prolongée au soleil sont bien connus, ...
Lire La Suite…
Des sentiers côtiers bretons de la région de Plouha permettent de parcourir le chemin que les résistants du RÉSEAU SHELBURN et les aviateurs anglais empruntaient pour rejoindre la Grande Bretagne. Aux abords d'une falaise surplombant la mer à plus de 100 mètres de hauteur, on aperçoit l'Anse Cochat que l'on peut rejoindre, aujourd'hui, par un tunnel commémoratif : La Plage Bonaparte. Le réseau Shelburn fut créé en novembre 1943 par les services secrets britanniques pour permettre ...
Lire La Suite…
On connaît d'Alphonse Allais (1854-1905), natif de Honfleur (Calvados), pharmacien de profession et inventeur du café lyophilisé (eh, oui !), homme de lettres par amour (des lettres), chroniqueur de presse, compagnon de bistrot de Debussy et Satie, entre autres, son humour calembourgeois et nonsensique, jamais méchant, toujours drôle et parfois tendre. Pour preuve. Je m’étais pris d’une profonde sympathie pour ce grand flemmard de gabelou que me semblait l’image même de la douane, non pas ...
Lire La Suite…
Nous sommes au début du vingtième siècle dans une ville germanique, Vienne peut-être. Peter Kien est un savant solitaire encore assez jeune, sinologue notoire, quelque peu malingre et misanthrope, qui passe l'essentiel de sa vie dans son immense et précieuse bibliothèque, de 25000 ouvrages, pour la constitution de laquelle il a dépensé l'essentiel de sa fortune. Un jour lui vient une nouvelle bonne, une forte femme plus âgée que lui, qu'il finira par épouser, non ...
Lire La Suite…
à la mémoire de Yves D. 1. Deux à l’affût D’un buisson Me rappelèrent A moi-même Comment avais-je pu Une semaine durant Vivre Sans ces merles 2. Au soir appesanti Filait un merle Surlignant l’avenue De son cri Tendu d’absence Mais dis-moi Qu’advient-il Au matin résurgent De la perte avouée De ce rien d’espoir 3. Telle la trajectoire De l’oiseau voyageur À son exigence criarde Subtile rétention d’énergie Répond un geste De perte À ...
Lire La Suite…
De l'évidence du texte Diamant de ma langue
tu es
scintillant dans le lointain       Peu de temps avant son retour-exil, son exil-retour, au Chili, Arturo avait souhaité mettre en mémoire, à toutes fins utiles, quelques textes poétiques écrits pour l’essentiel en français. Ainsi sont-ils restés, à toute fin utile, sur une disquette informatique. Aujourd’hui, puisqu’utilité il y a, j’ai proposé à Jorge et à Tarek de rendre à ces paroles leur liberté, de ...
Lire La Suite…
En 2003, je donnais ici une anecdote relative à Hatem le Sourd, citée par Elias Canetti. Aujourd'hui, souhaitant la republier, je trouve cette autre fable, attribuée, elle, à Saadi, qui donne une autre explication à la surdité de Hatem. Et puis, creusant un peu plus, je découvre dans l'édition de 1759 du Grand dictionnaire historique de Moréri, une troisième version qui nous rapproche de la première. Je vous laisse le loisir de la lecture et ...
Lire La Suite…
[ … où un peu de légèreté, mais non sans profondeur, ici — et dans le vaste monde —, est la bienvenue.] Lecture…, relecture…, et relecture encore, telle est ici L'Offrande musicale BWV 1079 de Jean-Sébastien Bach. Royale dédicace à Frédéric II : "… Je me souviens aujourd'hui encore de la grâce royale toute particulière qu'il y a quelque temps Votre Majesté me voulut bien faire en daignant me jouer un thème de fugue et ...
Lire La Suite…
Une voyageuse évoque la maison natale de Pétrarque à Arezzo ;  je pense aux traductions de sa poésie qu'ont données, admiratifs, Ronsard et Du Bellay, et je ne résiste donc pas à la lecture de ceci : PASSA LA NAVE MIA COLMA D'OBLIA… Passa la nave mia colma d'oblio per aspro mare, a mezza notte il verno, enfra Scilla e Caribdi; et al governo siede il signore, anzi ‘l nimico mio; a ciascun remo un ...
Lire La Suite…
Le Roundup est cet herbicide que tout agriculteur et tout jardinier connaît, produit de la société américaine MONSANTO. Cette société est un géant de la chimie industrielle, de l'agro-chimie, et de la production de semences génétiquement modifiées (OGM). Elle emploie plus de 20 000 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'environ 13 milliards d'euros. De nombreux produits mis sur le marché par cette société sont l'objet de controverses et ses méthodes commerciales sont considérées comme ...
Lire La Suite…
Regardez-le, écoutez-le ronfler, il rêve, il rêve qu'il part en voyage, rêve que tout va bien, qu'il a un coin, mais l'aiguille du réveil rencontre celle du train et l'homme levé plonge la tête dans cuvette glacée si c'est l'hiver, fétide si c'est l'été. Regardez-le se dépêcher, boire son café-crème, entrer à l'usine, travailler, mais il n'est pas encore réveillé, le réveil n'a pas sonné assez fort, le café n'était pas assez fort, il rêve ...
Lire La Suite…
On m'envoie et redonne à lire un de ceux qui ont auréolé les heures rêveuses de mon adolescence ; je l'installe donc ici dans l'implicite compagnie des André Gide, Thomas Mann et autres Aldous Huxley qui en ces temps ne me quittaient pas. Sans doute vous avais-je alors bien mal traité ; je vais m'efforcer aujourd'hui d'être meilleur élève !   Tes yeux m'interrogent, tristes, cherchant à pénétrer ma pensée ; de même la ...
Lire La Suite…
Chacun de faire le voyage, auparavant c'était vers l'Italie, à l'exemple des jeunes Anglais ; en cette fin du dix-neuvième siècle, c'est vers l'Allemagne, patrie de …, Goethe…, et maintenant de Wagner. Et c'est aussi le passage obligé par l'Alsace, c'est à dire par Strasbourg, terre “française” qu'il faudra un jour libérer. C'était Nerval, Hugo…, maintenant aussi c'est Gide, dans une sorte de bohème. Et c'est dans “Les Nourritures Terrestres“, livre de passage, livre ambigu, ...
Lire La Suite…
La citation serait, chez Montaigne, la manifestation même de l'état d'âme du “mélancholique”, ou encore, justement, pour Jaccottet, la résultante de cette “chose étrange, d'abord un peu humiliante, puis merveilleuse et rassurante, (qui est) de trouver, chez une écrivain antérieur, l'énoncé rigoureux d'une expérience que l'on a faite soi-même et aussitôt jugée essentielle.” Toujours est-il que venant puiser l'eau pure au-dessous de moi-même, elle la fait jaillir en fontaine au-dessus et m'asperge des éclats ...
Lire La Suite…
Dans un fascicule publié conjointement par la Société Octave Mirbeau et les Presses de l'Université d'Angers, et reprenant le texte d'un conférence donnée en décembre 1999 à Nantes, Pierre Michel s'est "proposé de réfléchir aux problèmes des relations entre la  lucidité, inséparable du désespoir, et l’écriture. Le désespoir — et quel désespoir ? — est-il une condition d’accession au réel ? Est-il soluble dans l’écriture ? La lucidité face au réel est-elle une condition de ...
Lire La Suite…
I. L'intérêt n'est pas dans la conservation de ta chair, ni dans la réunion de ce fagot toujours pourrissant d'opinions et de jugements,
Mais de savoir, lorsque tu fermes les yeux et cesses un instant de respirer,
Ce que devient dans ce suspens du monde telle cime de peuplier seule à équilibrer devant le hasard des nuages le hasard du vent avec la fixité du tronc et l'agrippement des racines,
Et de te demander si ce mouvement désordonné ...
Lire La Suite…
En regard du petit poème de Li Bai, donné la veille, N.* envoie ceci évoquant le grand peintre roumain Ion Tuculescu [1910-1962] : ION TUCULESCU Dès la plus tendre enfance, l’ombre a constitué pour moi un autre univers, l’inconnu, une question de philosophie. Elle se situe parmi mes premières surprises sans explication. On s’amuse à la voir venir dans le même sens que nous, nous courons avec nos petits pas d’enfants afin de la saisir, ...
Lire La Suite…
TOAST SOLITAIRE À LA LUNE
Poème en style ancien Parmi les fleurs, un pot d'alcool
Je lève ma coupe j'invite la claire lune
Je bois seul, sans partenaire
Avec mon ombre, cela fait trois personnes
La lune certes ne sait pas boire
Mon ombre en vain suit mon corps
Pour le moment je m'associe en compères
ombre et lune
La joie ne dure qu'un printemps
Je chante, la lune erre
Je danse, mon ombre s'ébat
Une fois dégrisés, nous nous éjouissons
Ivres nous nous séparons
À jamais randonnée ...
Lire La Suite…
« La trame de ce qui s'absente, confisqué, lancine comme un caillou sous le cœur. » T.E. « Comme on le voit déjà dans les sillons des terres, le vivre affronte des accidents, des dénis, des ablations. Il actualise son état et se met en mouvement pour étendre ses singularités, autant son histoire que celle de son territoire. » T.E. Le cri d’un milan griffe la pelisse du ciel. Nous surprend le moment où ...
Lire La Suite…
En 1942, André Gide donne dans sa chronique du Figaro une série d'interviews fictives, qui feront la matière de Attendu que… publié par les Éditions Edmond Charlot à Alger en 1943. J'en extrais ici un fragment qui prend pour prétexte une controverse relative au Ulysse de James Joyce. On appréciera la subreptice subversion des références littéraires qu'entreprend Gide au moment où la France occupée ou “vichysée” croule sous les “valeurs nationales” exaltées par Pétain. ...
Lire La Suite…
Cela faisait belle lurette que je ne lui avais pas rendu visite — à force de distribuer les livres que j'avais de lui… ! — ; on me rappelle à l'ordre. Voici donc une place pour une large sélection des “Quatrains” d'Omar Khayyâm (qui ici n'en sont plus ; mais que peut la traduction !?)
RUBÀIYÀT / QUATRAINS I. Tout le monde sait que je n’ai jamais murmuré la moindre ...
Lire La Suite…
Plusieurs études très sérieuses démontrent qu'éjaculer régulièrement aiderait à prévenir du cancer de la prostate. Tous les médias en ont fait leurs choux gras. L'intérêt est important pour chaque homme, et chaque femme, sa contribution paraît indispensable pour la bonne fin des bienfaits. Il faut éjaculer au moins cinq fois par semaine, entre 20 et 50 ans, cette fréquence minimale prévient de l'accumulation de substances cancérigènes dans les canaux de la prostate ...
Lire La Suite…
Il n'est pas de Paris sans Louvre, et selon la tradition il n'est pas d'artiste plasticien, étudiant ou confirmé, sans la fréquentation des œuvres qui y sont exposées — avec l'autorisation de les copier, à condition que ce ne soit jamais à l'échelle 1:1. De ce rapport souvent amoureux, parfois problématique au "plus grand musée du monde”, le critique d'art Pierre Schneider, au début des années quatre-vingt-dix, a conçu un livre d'entretiens — de “dialogues” ...
Lire La Suite…
Quand je n'étais pas né, quand je n'avais pas encore refermé ma vie en boucle et que ce qui allait être ineffaçable n'avait pas encore commencé d'être inscrit ; quand je n'appartenais à rien de ce qui existe, que je n'étais pas même conçu, ni concevable, que ce hasard fait de précisions infiniment minuscules n'avait pas même entamé son action ; quand je n'étais ni du passé, ni du présent, ni surtout du futur ; ...
Lire La Suite…
Depuis Tchouang-Tseu, les présocratiques et la sagesse “antique” il y a eu la “philosophie” dont François Jullien* écrit qu'“elle a bien trop besoin de la sagesse pour se hausser — pour se gausser ; comme pour se défausser sur elle du rôle (‘vulgaire’) qu'elle n'entend pas jouer. Car, en même temps que la philosophie couvre ostensiblement la sagesse de ses mépris, on n'a pas cessé d'appeler sagesse toute pensée qui ‘servirait à vivre’, comme le ...
Lire La Suite…
La poésie est, par essence, l'espace mouvant du sens (des sens) ; la langue française s'y prête assez bien, mais il est vrai que le “système” idéographique chinois et de l'ancien Japon se prête encore mieux — et souvent avec délectation — à cette polysémie, à ce glissement multiple du sens ; il suffit de lire les vieux poètes pour s'en rendre compte ; les traductions s'entrechoquent et parfois (délibérément) même se tournent le dos ...
Lire La Suite…
Force est bien de le reconnaître : l'existence individuelle n'accède à sa détermination complète que dans l'acte de se montrer ; or, le regard des autres, en échange de l'appui qu'il nous apporte, nous fait passer, de notre vivant même, par l'épreuve de la mort, de la négativité, et c'est par sa médiation que nous accédons à l'identité personnelle complète. En nous montrant, en effet, nous nous perdons partiellement, nous nous exposons au risque, nous ...
Lire La Suite…
Une après-midi tourmentée — pas seulement météorologiquement — d'un dimanche d'octobre 1969, écoutant dans ma chambre d'étudiant La tribune des critiques de disques, émission à controverse de la troisième chaîne de la radio nationale, l'actuelle France Musique, le choc fut grand en entendant le Concerto pour piano, n° 24 en ut mineur, KV 491 de Mozart interprété par Edwin Fischer, dirigeant le Philharmonia Orchestra depuis le piano, dans un enregistrement datant de 1937, et plébiscité ...
Lire La Suite…
Alors elle l'embrassa sur la bouche. C'était un baiser russe, de l'espèce de ceux que l'on échange, dans ce vaste pays plein d'âme, aux sublimes fêtes chrétiennes, comme une consécration de l'amour. Mais comme c'étaient un jeune homme notoirement “malin” et une jeune femme ravissante, au pas glissant, qui l'échangeaient, cela nous fait penser malgré nous à la manière si adroite, mais un tantinet équivoque, dont le docteur Krokovski parlait de l'amour, dans un esprit ...
Lire La Suite…
En marge, ou plutôt en prélude d'une relecture, à venir, de l'œuvre du vieux compagnon Tarek Essaker, je donne ici une page du “projet” Ô Gamra, puisque, plus que d'un livre édité, il s'agissait d'un vaste travail dramaturgique abouti-inabouti. Page de transition donc entre un texte et un autre Les Cheminants. Un verbe “inspiré”. ÉCOUTE LE CHUCHOTEMENT DU SILENCE Écoute… Écoute, m’a -t-on dit.
Écoute… Écoute le chuchotement du silence et la parole frémissante qui ...
Lire La Suite…
À la source des chants humains, on retrouve toujours le même regret, le même aveu de souffrance, la profonde revendication. Sans doute n'y a-t-il pas de définition valable du poète, parce que toutes laissent échapper quelque espèce de poésie ; mais on peut dire que les voix de la poésie ne jaillissent jamais du cœur d'un homme si ce n'est pour confesser et pour “enchanter” à la fois l'une des formes de l'éternelle douleur. Le ...
Lire La Suite…
La vie humaine, jusqu'où va-t-elle ? à quoi ressemble-t-elle ?
Elle doit sembler un cygne qui vole, se pose sur la neige ou la fange
Sur la fange, il arrive qu'il laisse vestiges de ses griffes
Le cygne s'envole, savoir où ? est ? ou ouest ?
Le vieux moine est déjà mort, devenu neuve pagode
Le mur s'effondre, plus moyen de voir les anciennes inscriptions
La journée de voyage : des hauts et des bas, t'en souviens-tu ?
La route est ...
Lire La Suite…
“Au royaume des aveugles les borgnes sont rois“ affirme le dicton, mais savez-vous qu'il existe parallèlement un royaume des borgnes ? C'est en effet ce qu'aurait découvert lors de pérégrinations africaines Jean-Gaspard Dubois-Fontanelle* et qu'il nous relate dans ses Aventures philosophiques publiées à Paris en 1776. La mémoire s'en était perdue mais nous est rendue par Alberto Manguel et Gianni Guadalupi** dans leur monumental Dictionnaire des lieux imaginaires (Actes Sud, coll. Babel, Arles, 2001, traduit ...
Lire La Suite…
À PROPOS D'ŒUVRES DE ZUZANA HULKA. À Zuzana, pour ce plaisir-là. Paris, le 17 mai 2005. À l'automne 2000, Zuzana Hulka me commandait — quel drôle de mot ! — un texte “libre” pour répondre aux reproductions de ses peintures qui devaient figurer dans le catalogue de l'exposition collective “Pour le plaisir”, prévue en février 2000, en compagnie d'Alix Le Méléder et Luc Rigal, au Musée National des Techniques de Prague. Il ne s'agissait pas, ...
Lire La Suite…
Marine fut écrit par Jean Levanti en 1937 et publié, grâce à Jean Denoël, par la revue Soleil, à Alger, en 1950. Je reprends ici ce que nous disait alors la revue. Michel Levanti, né à Venaco (Corse) le 24 octobre 1916, est mort le 13 novembre 1941 à Ruines, dans le département du Cantal. Il a publié aux Feuillets de l'Ilôt un petit recueil : Feuilles de vent et laissé des inédits qui seront ...
Lire La Suite…
Du général au particulier… En février, j'avais donné un exemple [… L’HOMME S’ÉCRIT EN MAJUSCULE]  de "l'universel" qui préside à la calligraphie chinoise ; c'était à l'ouverture d'une lecture qui aujourd'hui se termine… dans le particulier. En effet, Yolaine Escande, avec précision, nous montre, en conclusion de son livre, combien — et comment — la théorie de l'art chinoise est spécifique et fondée sur un autre rapport au monde que notre art occidental. Prééminence de ...
Lire La Suite…
Au regard de ce qui s'écrivait par ailleurs […LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS], il est vrai que nous entrons dans une époque sans charrues, sans charrues visibles au regard de l' "homo urbanis"  que nous sommes devenus — et quel nom encore pour ces énormes attelages motorisés qui retournent nos plaines ?! Il n'y a pas si longtemps, dans un pays où la terre est l'essence même du pays, Lucian Blaga écrivait :   Ami ...
Lire La Suite…
Premiers beaux jours   L'un vend déjà des lunettes   L'autre vend encore des marrons     Photo :  Lunettes Edition ...
Lire La Suite…
L'œuvre de Bram van Velde [1895-1981] : un apaisement, une réconciliation…, un soulagement. Voyage de retour vers l’essentiel, vers l’essence. Tout son silence est là, manifeste. Pas sur le fond, pas dans les interstices, mais dans la transparence même de la matière — si peu matière ! — sans doute aussi dans ces raccords et ces dégoulinures. Autre manière, je pense à Jean Bazaine [NAÎTRE VIEUX…]. Là, une sorte de philosophie, un achèvement ; chez ...
Lire La Suite…
'À PROPOS DE NICE' : Ce court métrage est un chef d'œuvre de recherche formelle et expressive, réellement avant-gardiste, libertaire et sans concession, du grand cinéaste que fut Jean Vigo, servi par une prise de vue exigeante et efficace de Boris Kaufman, portant un regard aigu sur un des hauts-lieux emblématiques de la réussite et de la position sociales – et donc de leur exhibitionnisme et leur voyeurisme – dans les années 1930 : NICE ...
Lire La Suite…
Sous ce titre, je donnais, en décembre 1990 — déjà ! —, un article, élément d'un dossier consacré au vieillissement dans notre société et intitulé "Vieux et Sénior ?", dans le magazine belge Espace de Libertés. Le propos, de manière concertée, venait en contrepoint d'un discours déplorant les effets du vieillissement et souhaitait montrer qu'il est des circonstances où la réalité à tendance à s'inverser. Mon exemple était celui du peintre Jean Bazaine (1904-2001), malheureusement ...
Lire La Suite…
Les anciens avaient fait une divinité du silence. Les Grecs, interprétant à leur façon le mythe égyptien d’Horus enfant, le désignèrent sous le nom d’Harpocrate, dieu du silence, et en firent de nombreuses reproductions. Les Romains changèrent le sexe du dieu grec ; chez eux, il devint une femme à laquelle ils donnèrent différents noms. Elle fut d’abord Tacita, dixième Muse créée, suivant la Fable, par Numa Pompilius, et avec qui on croyait qu’il avait ...
Lire La Suite…
Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1692) est un mémorialiste aussi lucide qu'impertinent ; ses Historiettes lui ont valu beaucoup d'inimitiés, mais les historiens s'accordent à reconnaître sa justesse et sa véracité. Bourgeois lié à la famille de Rambouillet, de riches financiers, il ne manque pas de lancer des piques à noblesse parvenue ; ses chroniques commencent souvent par un rappel de l'origine roturière des personnages qu'il évoque. Il nous donne une vision vivante et crue ...
Lire La Suite…

NOTA BENE :

Des articles des années 2004 À 2009 sont en cours de republication. Merci de votre patience.

Les pages principales ne sont pas reprises dans le présent index, vous pouvez les consulter via le menu principal (en noir) sous le bandeau d’en-tête.

L’ensemble des contenus du portail est couvert par la LICENCE CREATIVE COMMONS CC BY-NC-SA 4.0 INTERNATIONAL, sauf mention contraire.

Print Friendly, PDF & Email
EXCENTRIC-NEWS