EXTASE MATÉRIELLE, POINT ZÉRO [J.M.G. LE CLÉZIO]

le-clezio-2008Quand je n’étais pas né, quand je n’avais pas encore refermé ma vie en boucle et que ce qui allait être ineffaçable n’avait pas encore commencé d’être inscrit ; quand je n’appartenais à rien de ce qui existe, que je n’étais pas même conçu, ni concevable, que ce hasard fait de précisions infiniment minuscules n’avait pas même entamé son action ; quand je n’étais ni du passé, ni du présent, ni surtout du futur ; quand je n’étais pas ; quand je ne pouvais pas être ; détail qu’on ne pouvait pas apercevoir, graine confondue dans la graine, simple possibilité qu’un rien suffisait à faire dévier de sa route. Moi, ou les autres. Homme, femme, ou cheval, ou staphylocoque doré. Quand je n’étais pas même rien, puisque je n’étais pas la négation de quelque chose, ni même une absence, ni même une imagination. Quand ma semence errait sans forme et sans avenir, pareille dans l’immense nuit aux autres semences qui n’ont pas abouti. Quand j’étais celui dont on se nourrit, et non pas celui qui se nourrit, celui qui compose, et non pas celui qui est composé. Je n’étais pas mort. Je n’étais pas vivant. Je n’existais que dans le corps des autres, et je ne pouvais que par la puissance des autres. Le destin qui n’étais pas mon destin. Par secousses microscopiques, le long du temps, ce qui était substance oscillait en empruntant les voies diverses. À quel moment le drame s’est-il engagé pour moi ? Dans quel corps d’homme ou de femme, dans quelle plante, dans quel morceau de roche ai-je commencé ma course vers mon visage ?

J.M.G. Le Clézio, L’Extase matérielle, page inaugurale, Gallimard, Paris, 1967.

Dire combien cette préoccupation-là, dès la première seconde — mais laquelle ? — fut, et demeure, mienne… dotée de toutes ses virtuelles alternatives — mais lesquelles ?

Photo : J.M.G. Le Clézio à Stockolm en 2008. Source : Wikipédia.

Publié initialement dans pages ‘lecures en partage / Plurielles’ du site sous le clavier, la page, en novembre 2003.

2 thoughts on “EXTASE MATÉRIELLE, POINT ZÉRO [J.M.G. LE CLÉZIO]

  1. Variations poétiques, résolutions philosophiques.
    On ne sait calculer l’infinitésimale chance d’être ce que nous sommes.
    Et, d’où sommes- nous ? le zéro n’est ni négatif, ni positif, il n’est rien.
    La chance d’être, de naître, à partir de zéro n’existe donc pas. ❓

Laisser un commentaire

*