HOMMES, SOUVENEZ-VOUS DES MARCHES ET DES HALTES [HENRI PICHETTE]

Hommes, souvenez-vous des marches et des haltes.
Hommes, la gorge en feu, nous bûmes aux fontaines.
Hommes penchés dehors, les trains vous emportaient.
Hommes, je vous revois offrir des roses rouges.
Hommes, mes délicats, vous tuiez des oiseaux.
Hommes à tout venant les veillées vous fanèrent.
Hommes, descendez l’eau, debout sur les  péniches…
Faites encor vos jeux ! clamèrent les forains.
Les roues lancées à bras tournaient, tournesols ivres,
Avec un bruit fou de crécelles. La lumière
Inspirait les joueurs suffisamment pour que
Leurs lèvres parussent murmurer des mots d’or.
Certains criaient : Je mise sur la liberté.
Il leur fallut rompre les cordons de police.
Hommes nus, seriez·vous damnés de père en fils ?
On dit que vous avez la guerre dans le sang.
Dockers, coolies chinois, batteurs de tam·tam nègres,
Chômeurs américains, caravaniers arabes,
Peaux-Rouges peints sur des mustangs amadoués…
Hommes plongeant les doigts dans les raisins dorés ;
Hommes blottis au creux du foin ; hommes si noirs
Qui visitez les cheminées ; hommes donc à
La belle étoile ; hommes hélant les feux Saint-Elme ;
Hommes de nulle part qui parlez plusieurs langues ;
Camelots, boulangers, marneurs, anachorètes ;
Hommes ! anges ! démons ! je vous nomme. C’était…

C’était au temps parfait des blés et des bluets,
Fable de l’existence idéale ! Après quoi
Les laveuses battirent, agenouillées, les
Bleus de fondeurs, les soies d’amants, les tabliers
D’élèves, les draps lourds… Elles oignirent leurs
Mains de l’huile sainte du fleuve, et s’en allèrent.
Sur les chemins, la nuit venue, des dieux frileux.
Le visage en deux coupé par le clair de lune,
Vidaient leurs gourdes pour se donner des couleurs.
Alors roula l’hiver comme un beau tambour blanc.
La symphonie ? n’est qu’une affaire de patience.
Disait-on. Les arbres dépouillés chuchotèrent :
Où sa cache le loir ? Il leur vint à mémoire
Des cas désespérés : biche blessée, mésange
Prise à la glu, vanesse aux doigts d’une amoureuse.
Abeille qui se noie dans la bouteille close. `
Or le loir sommeillait. C’est là tout un poème.
Plus d’une fois les orgues lentes des nuages
Passèrent…  Travailleurs têtus, vous suspendiez
L’ouvrage pour entendre ! sauf les maréchaux-
Ferrants… Les écoliers faisaient pouce. Et la neige
Câline feutrait des pays où l’arbre est ange.
Mais un soir l’avalanche étouffe nos villages.
Le bruit court que la Mort a lancé son lasso.
Les étoiles crachent. Les chamois frappés de
Haut mal tombent à plomb, sans un cri, dans le vide.
Le ciel coupe la tête à l’aigle. Il va pleuvoir.
Le sang gicle et le jour prend place entre les pierres.
Nous pourrons dira qu’ils sont morts pour la patrie.
Rescapée, la poésie délire ; tandis
Que les sauveteurs s’épongent. Les fous ont peur.
La montagne fourbue dort ses lacs grands ouverts.
Ferré à glace, l’ordre crie haro sur le
Rêve ! et le rêve fuit dans les marges… Ainsi
On lyncha le lys blanc et l’on tua l’eau vive.
Les hommes s’éprenaient de femmes sans paroles.
Ils tournaient le danger comme un oiseau le chat.
La vie avait sur eux la lueur des cristaux…
L’amour n’hivernera plus. Holà ! bagarreurs,
Tombez la pèlerine et amochez les lampes
(Les sourdes lampes de la nuit sont des insultes).
La nuée couve des couteaux. L’émeute monte.
Nous déchirons Dieu. L’alcool irise l’âme.
Puis un canon balance le soleil en l’air.
On met les mains sur les yeux. C’est de la folie !
Le soleil soûl jure dans les peupliers trembles
Et saigne jusqu’à la Pâque sur les cerises.
Devant ce miracle nos ouvriers s’émeuvent.
Il fait bon. Leurs parlures font les chandeleurs.
La révolte s’ouvre, comme Christ que l’on cloue.
Les citrons dynamités de l’aurore éclatent.
Les saisons percutent. Je ne me souviens plus.

Henri Pichette, Apoème 3, extrait de Apoèmes (avec un gris-gris de Antonin Artaud)
[en illustration, A.A., 1947], Granit, collection de la Clef, janvier 1979.

 

Que dire de Henri Pichette ? sinon que, poète, il vécut à l’aplomb de la poésie…, toujours. Pour le reste que l’on se documente… et surtout que l’on lise. Les Epiphanies, il est déjà un long temps, me furent, sur ce plan-là, une révélation… de poésie.

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de “HOMMES, SOUVENEZ-VOUS DES MARCHES ET DES HALTES [HENRI PICHETTE]”

  1. Cet “Apoème” est un absolu poème: une vision de l’humanité, tendre et désespérée ; la mémoire s’y égare :”je ne me souviens plus”… Une scansion messianique à la Victor Hugo. Une “vision” moderne :”L’ordre crie haro sur le rêve” et des vers d’une pure beauté: “On lyncha le lys blanc et l’on tua l’eau vive”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.