HUMANISME ET ANTHROPOLOGIE [ELIAS CANETTI]

 

L’humanisme nous a rendu la vie trop facile. Nous ne connaissions pratiquement rien encore. Tout son effort ne visait, en fait, qu’une seule tradition. Mais même si, de cet élan, ne devait rester que le nom, il n’en serait pas moins sacré ; et la science qui le prolonge avec davantage d’ampleur et d’érudition, et qui en est l’héritière véritable,  porte une dénomination analogue, quoique remplie d’infiniment moins de confiante assurance : l’anthropologie.

Elias Canetti, Le Territoire de l’homme, p.46, Albin Michel, 1978.

P.S. : Elias Canetti fut prix Nobel de littérature en 1981.

VOUS, QUI PASSEZ PAR LÀ, ne réservez pas vos appréciations exclusivement aux pages et ‘murs’, entre soi, des réseaux sociaux. Les commentaires participent de manière essentielle à la vie des sites et blogues que vous visitez. D’autres, que vous ne connaissez peut-être pas, les lisent aussi et sont curieux de votre curiosité. Ne les privez pas de cet intérêt et du plaisir partagés ! Et permettez aux blogues indépendants de [sur]vivre. D’avance, merci.

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « HUMANISME ET ANTHROPOLOGIE [ELIAS CANETTI] »

  1. … mais peut-être faut-il modérer le relatif optimisme de Canetti par ce qu’en dit un anthropologue — et pas des moindres ! —, Marshall Sahlins. Aujourd’hui, les anthropologues sont ‘colonisés’ par leur propre culture bourgeoise et le capitalisme. Ils perdent leur curiosité, leur sens de la comparaison. L’anthropologie est devenue une sorte d’élitisme social, sans cohérence, sans

    Répondre

Le commentaire, c'est la vie du blogue… D'avance, merci du vôtre !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.