INTERLUDE D’UN SOIR [LOUIS CALAFERTE / CHET BAKER]

Sous les ponts a passé tant d’eau
ils sont jeunes moi je suis vieux
voici l’âge silencieux
je sens l’automne dans mes os
Rien désormais ne me ressemble
soûlé d’indolente tristesse
je regarde mon temps qui cesse
la mort et moi partons ensemble
Ce que j’aimais ne m’aime plus
les désirs perdent leur raison
tout penche à la morte saison
et mes chemins sont parcourus
Je sens l’automne dans mes os

Louis Calaferte, Poèmes ébouillantés,
Poésie, Gallimard, 1996.
I’ve Never Been In Love Before
[Loesser]
Chet Baker, vocals, trumpet
Russ Freeman, piano
Jimmy Bond, bass
Peter Littman, drums
July 23, 1956 at the Forum Theatre, L.A.
 

3 réflexions au sujet de “INTERLUDE D’UN SOIR [LOUIS CALAFERTE / CHET BAKER]”

  1. Sans nul doute, il est plus difficile d’avoir à vieillir que d’avoir à mourir.

    Il devient malaisé de nager; alors on fait la planche avant de se trouver entre les quatre définitives… Et la vie que nous portions nous porte désormais, déjà emmêlée (ou en mêlée) avec la mort.

  2. Il y a chez Calaferte une authenticité, une vérité de soi tout à fait pathétique, qui m’émeut au plus haut point…, et puis, il est si verlainien !

    Quant à Chet… ! Peut-être est-il parvenu à transcender sa déchéance. Sa trompette est un entonnoir à l’envers : le vidant pour nourrir le monde. Chet, c’est la musique, c’est tout !

  3. Je viens d’écouter “Chet”. C’est très beau, très profond, très en lien avec le poème de Calaferte.

    Mais je l’écouterai mieux : je m’apprête à acquérir une mini chaîne de qualité qui sera spécifique à mon ordinateur, ma “macro chaîne” étant installée de manière un peu inaccessible.

    Je sais déjà que je vais puiser dans les morceaux que propose votre blog.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.