3 réflexions au sujet de “INTERLUDE ‘IL ÉTAIT UNE FOIS ALGER’ [LILI BONICHE]”

  1. Il est ainsi des êtres, symboles reconnus, représentatifs, parfois adulés, de leur temps, de leur lieu, qui se voient gommés, évacués de l’histoire – leur histoire -, tant leur présence finalement semble circonstancielle. Lili Boniche est de ceux-là qui, à force d’être à tous, finissent par n’être à personne. On s’en revendique circonstanciellement. Juif, comme nombre d’autres, il fut coïncé dans le contentieux historique et culturel entre Algérie et France. Là, nulle place pour lui. Un jour viendra…

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.