INTERLUDE SCHUBERTIEN

Comme évoqué dans Après coup du blogue caminante, Philippe Jaccottet fait référence, au détour d’une page de ses ‘Notes du ravin’, à ‘la dernière sonate de Schubert’ en ces termes :

La dernière sonate pour piano de Schubert m’étant revenue hier soir, par surprise, une fois de plus, je me suis dit simplement : “Voilà.” Voilà ce qui tient inexplicablement debout, contre les pires tempêtes, contre l’aspiration du vide ; voilà ce qui mérite, définitivement, d’être aimé : la tendre colonne de feu qui nous conduit, même dans le désert qui semble n’avoir ni limites, ni fin. (Notes du ravin, p.31)

Allegro Sonate D.959 de Schubert par Michel Dalberto piano

Dernière sonate ? Mais de laquelle s’agit-il ? Car elles sont trois ces dernières sonates : D.958 en do mineur, D.959 en la majeur, D.960 en si bémol majeur… ou même quatre, si l’on fait encore allusion à la D.840 en ut majeur, inachevée. 

Ayant l’enregistrement sous la main, je donne ici le rondo : allegretto final de la sonate D.959 en la majeur, dans l’interprétation de Michel Dalberto, à la salle Adyar, à Paris, en décembre 1982, dont Carl de Nys nous dit qu’ici Schubert ‘défie les analyses académiques [et] atteste une force d’invention proprement fantastique’.

3 réflexions au sujet de “INTERLUDE SCHUBERTIEN”

  1. Bien étonnant cher Vincent, le même jour nous étions publiant un article ayant trait à Schubert !

    Donc ,chez vous ,chez moi ,grande plongée dans sa musique si immense 🙂

    votre Hécate

  2. Plaisir de la découverte de votre blog par Twitter : sérendipité heureuse du week-end.

    Magnifique rondo de cette sonate. Longtemps que je n’avais pas écouté Schubert. Merci.

    @SabineWe sur Twitter

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.