IVRE DANS SES PAS [TAREK ESSAKER]

Tu me regardes
Comme tu dévisages un étranger
Ivre dans ses pas

C’est la nuit
Il pleuvait
Il pleuvait des cordes
À se pendre

J’ai bien de la peine à me souvenir
De mon visage

Tu regardes l’instant
Tout haut vers l’air et le feu
Ou peut-être vers l’insaisissable
Mer ou océan

Comme
Un miroir brisé
Qui se cherche
Dans ses éclats

Bien plus pur que les diamants
Aussi limpide que la mort

Comme un amour
Ô amour
Cela pouvait être
Au-dedans de lui-même

Bien que nous fussions assis
Comme à la fin d’une nuit
Ou d’un mirage

Ainsi donc
Tu as promis
Que nous serons debout
Que nous mettrons nos peurs
Comme nos morts
Entre nos cœurs et celui du monde

Là où Il y a toujours eu trop
De bûchers

Dans le silence ou la voix
Comme dans le chant
Ou lors d’un râle

Tu as demandé à donner à boire à la lumière

Tu le savais
Nous n’avons jamais
Parlé ensemble au bord de ces falaises
Si romantiques
À attendre le retour des marins bredouilles

Nous avons demandé au jour ce que le monde ignore

C’était comme une promesse
Entre deux joies ou deux peines
D’une mouette de mauvaise
Folie

Comme un conte dont on aime les frayeurs

Ou entre un adieu
Et ses attentes

Oui
C’était une promesse

Mais jamais tenue

 

Tarek Essaker, le 1er février 2022.

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL | MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS