ÉPHÉMÈRES+ [TAREK ESSAKER]

Passe tes petits insignifiants chemins
Dans l’ombre comme dans la lumière
Et souviens-toi
Sans te voir
Que ton corps
Est lumineux

11/11/19


À l’heure la plus sombre
D’autres murs terrifient
Égrène, mon amour
Ta distance
Les pierres s’en viennent
S’en vont
Mais ton rire
Jamais

11/11/19


Aller en vivre transformé, cela suppose l’inachèvement,
de l’incertitude qui préservent de tout aboutissement.
Soyons irrésolus, affamés d’errance et d’altérité.
Rêvons.

08/11/19


Cordeau
Ouvert à son désordre
Soulevé au lieu rêvé

05/11/19


Ô nuit si nuit il y a
Sois incendie
Qui prolifère
Aveugle fugace
Et se fait multiple

05/11/19


Cauchemar et réveil arraché à la nuit noire.
Un cri réprimandé au fond de ses entrailles comme une longue marche
vers on ne sait quoi de furieux.
Il est silencieux.
C’est à des roseaux de souvenir qu’il se heurte,
le mouvement de la mer touche à ce qui le tourmente, l’affecte, le touche
et cogne de sous son corps,
devenu surface mince qui a tant effleuré ce qui dérive,
il inscrit, nuance, tombe, garde, ce qui continue à fuir, à s’exiler, à entendre,
dialogue de l’autre coté de la nuit.

04/11/19


Les mains fileuses de
La nuit se jouent de nos silences
D’ombre
Il nous est indispensable d’oublier…

03/11/19


Que peut-il bien se passer de si extraordinaire ?
Puisqu’il n’est rien que je regrette
De tout en haut du mûrier
Je ne serai rien ou qu’une trace

01/11/19


La nuit darde
Comme les pas de ce cœur vers
Son silence glacé

30/10/19


Le cri de l’eau
Au sillage de la barque basse
Gravissait la lumière
La plus nue
VieIllisante
Où le vent s’effile

28/10/19


Ainsi, mille et mille fois, j’ai fait le tour de l’écriture.
Tout, sauf une rue ou plutôt un fragment de rue ou de poème.
Plantureuse qui contemple son amant le fleuve Meuse…

26/10/19

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « ÉPHÉMÈRES+ [TAREK ESSAKER] »

  1. [Viennent à mon secours  / les cris des oiseaux migrateurs… 8/11/20]

    Nous sommes toujours pensifs de voir ces vols d’oiseaux migrateurs, ils évoquent certainement une interrogation, une admiration ? pour tous les exilés.

    Répondre

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL, MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS