LA PROSTATE AIME LE SPORT

grenadePlusieurs études très sérieuses démontrent qu’éjaculer régulièrement aiderait à prévenir du cancer de la prostate. Tous les médias en ont fait leurs choux gras. L’intérêt est important pour chaque homme, et chaque femme, sa contribution paraît indispensable pour la bonne fin des bienfaits.

Il faut éjaculer au moins cinq fois par semaine, entre 20 et 50 ans, cette fréquence minimale prévient de l’accumulation de substances cancérigènes dans les canaux de la prostate (spermine, spermidine, putrescine) mais une lecture attentive de ces études me laisse perplexe.

La fréquence. Pour les plus jeunes de cette tranche d’âge, admettons. Pour les plus âgés, je crains quelques migraines de madame, les autres feront ce qu’ils pourront.

Les rapports. Ils doivent être “naturels”. Comme je ne vois pas très bien ce que pourraient être des rapports “surnaturels”, je suppose qu’il n’est pas conseillé de prendre sa santé en main, une partenaire est donc indispensable, et en cas de désistement, je ne vois que l’adultère, ou vider son portefeuille en même temps que l’on se soigne. Plus loin, il est dit que l’usage du préservatif n’est pas de bon augure pour un bon effet. Mes chers jeunes gens, rien ne va plus cette fois, dire cela pour une infinitésimale et improbable chance supplémentaire de ne pas avoir cette maladie, face aux risques ! Au moyen-âge, la vérole était répandue, mais aujourd’hui, il y a plus grave tout de même !

De plus en plus perplexe, je découvre une étude de 1981 portant sur 6226 prêtres catholiques, suivis entre 1965 et 1977. Le taux des décès associés aux cancers, y compris le cancer de la prostate était chez ces saints hommes inférieur de 30 % à celui observé dans la population générale ! Quelle ne fut pas ma stupeur ! À moins que prier aurait un effet bénéfique. Oui, mais, prier Dieu ou la Sainte- Vierge ?

Pour les non-croyants, j’ai lu qu’une alimentation riche en tomates (lycopène) serait protectrice.

Pour les exotiques, la grenade aussi, attention : le fruit du grenadier, il est important de préciser !

Ces études ont été publiées par les plus hautes instances médicales, je vous l’assure .

Mon conseil : Faites du sport, mangez des pommes* (bio) et bon vent !

 

* An apple a day keeps the doctor away . Pour les anglophobes : une pomme par jour tient le médecin à distance. Pour les poètes : Chaque jour une pomme, conserve son homme.

9 réflexions au sujet de “LA PROSTATE AIME LE SPORT

  1. Ô grenade aux sens et grains multiples ! Dans la mythologie gréco-romaine : les pépins de la grenade symbolisent les « douceurs maléfiques », les fautes qui vouent aux enfers. Cancer de la sainteté. Et puis, comme figue et abricot, la grenade est fruit de la féminine mère-terre… Et, comme huître et moule, fruits de la féminine mer dévorés par le crabe dont le cancer s’est fait un signe… Ô grenade explosant en tout/s ‘sens’ ! Mais la prostate là-dedans… ? On voit où les sens me mènent…

  2. Ah, je découvre, Luc, que tu as un blog !! il serait temps, sans doute !
    J’ai eu connaissance moi aussi de cette étude qui m’a fait sourire et en même temps qui m’a interloquée ! Tu ne parles pas de la masturbation mais je crois bien qu’il en était également question. Je rigole avec toutes ces études à la noix qui souvent se contredisent.
    Bonne journée à toi et à la prochaine.

  3. Merci de ta visite Clara. Tu sais, dans ce texte, il y a des sens cachés. Que penses-tu de ce passage : “… Je suppose qu’il n’est pas conseillé de prendre sa santé en main…” cette fois, c’est bon ? Les “études à la noix” déconseillent cette pratique préventive ?, elle serait beaucoup moins efficace !!! Tu as raison, de nombreuses communications scientifiques sont contradictoires, et je serai, ici, entre autres sujets, le lanceur d’alerte des actualités qui me paraîtront être du domaine de la pollution de nos cerveaux.

    Bonne journée, Clara.

  4. Oh là là! Je pense à Foucault quand il montre comment le “bio pouvoir” vient contrôler notre sexualité pour nous rendre plus productifs…Voilà que l’on sangle dans des normes le désir qui, dès lors, doit renoncer à tout “obscur objet”. Alors que dans ce champ, à entendre ici dans le sens de pâturage, ce sont l’obscurité et les voiles qui font délicieuse l’anticipation. Mettez-y le chronomètre et nous voilà réduits à une infinie tristesse une supposée hygiène stérilisant la jouissance!

  5. Votre référence à Kronos m’amuse beaucoup, j’étais invité la semaine dernière chez Minos, dans ses villas très aérées de Knossos et Phaistos, je reçois votre commentaire comme un délicieux labyrinthe !

Laisser un commentaire

*