LE GRAND PARCOURS [LUCIAN BLAGA]

Aux lecteurs

Ma maison est ici. Derrière
Est le soleil et le jardin avec des ruches.
Vous qui passez sur le chemin,
Vous voyez à travers les barreaux du portail
Et guettez mes propos. Par où commencerais-je ?
Croyez-moi, croyez-moi,
De tout on peut parler autant qu’on veut :
Et du destin et du serpent du bien,
Des archanges qui poussent la charrue
Dans les jardins de l’homme,
Du ciel vers lequel nous croissons,
De la tristesse et de la chute,
Et de la haine et de nos croix,
Et avant tout du grand parcours.
Mais les mots sont des larmes de ceux qui auraient
Tant voulu pleurer et qui n’ont pas pu.
Les mots sont tous terriblement amers,
C’est pourquoi, laissez-moi
Marcher muet parmi vous,
Et à votre rencontre aller les yeux fermés.

 

Lucian Blaga, Au fil du grand parcours,
traduit du roumain par Philippe Loubière,
Editurii Paralela 45, Bucarest, 2003.

À Nona, de tout cœur.
 

2 réflexions au sujet de “LE GRAND PARCOURS [LUCIAN BLAGA]”

Répondre à gertrude Annuler la réponse

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.