LES DEUX ULTIMES POÈMES [MOHAMED H. AKALAY]

Un candido carro funebre
Attraversa lo specchio del cielo
Il pozzo serpaio
A grovigli i ricordi
Ragnatele sull’anima dei sassi
Il crepusculo minaccia
Un’altra notte è già una parola polverizzata

Un corbillard resplendissant
Traverse le miroir céleste
Le puits aux serpents
A noué les souvenirs
Toiles d’araignée sur l’âme des pierres
Le crépuscule menace
Une autre nuit est déjà
Parole réduite en poussière

[Traduction : v.l., comme promis]

 

Amour 
Quoi qu’il en soit 
Reste dans le coeur et le sourire 
Le soleil qui habite mes nuits 
Eclaire le chemin des rosiers

[rédigé en français] 

 

In Memoriam
Mohamed Hakim Akalay [27 décembre 1944 – 25 juillet 2010]
Les deux ultimes poèmes [24 juillet 2010]

 

On trouvera un texte court ‘La Casa di Zia R’Himo’ suivi d’une note biographique, en italien et français, de Mohamed Hakim Akalay à la page suivante de mon site sous le clavier, la page, ainsi que le poème introductif du recueil ‘Ombre Nascoste’ et sa traduction  française à la page du blogue associé caminante.

Photos v.l. : 10 et 24 juillet 2010

3 réflexions au sujet de “LES DEUX ULTIMES POÈMES [MOHAMED H. AKALAY]”

  1. J’ai croisé Hakim cette nuit je ne sais où, sous des amandiers ou quelques oliviers ou de sous les battements d’ailes d’un oiseau migrateur, cela n’est pas précis dans ce qui demeure de bribes de cette rencontre : voilà en tout cas ce poème puisé dans le récit d’un rêve.

    … La nuit arrache de son berceau
    l’ultime voile pour un éternel linceul
    et esquisse de ses lèvres enserrées
    un dernier filet de lumière
    à l’arôme des caresses
    lentes et douloureuses…

    À l’Ami Hakim

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.