LIGNE

Ta raison t’abandonne.

Regarde tes pieds, regarde le ciel, suis la ligne qui les unit.

Poursuis rassuré.

8 réflexions au sujet de “LIGNE”

  1. Pourquoi faudrait-il être rassuré ?

    Je trouve plutôt rassurant que la raison nous abandonne enfin…

    Bon, j’arrête de persifler… Je sens que cela vous déplaît.

    Je m’en vais de ce pas cueillir un peu de persil sur mon balcon.

    Bonne soirée, cher V.

  2. Le mien (persil), dans la jardinière aux herbes, se porte plutôt bien, la ciboulette, le romarin, le thym aussi…, la lavande prospère – hop la boum ! Dommage que ce sale gel ait compromis le doux jasmin fleuri.

  3. Je m’en vais ; je crois que le terrain est miné.

    Je crois que mon ironie va finir par vous froisser.

    Désolée de ne pas me montrer très spirituelle dans votre blog très cultivé, ceci dit sans aucune ironie…

    Bien cordialement.

  4. Chère Juliette,

    Je reviens sur le motif. Pour en finir avec cette petite scène de déménage – qui déblogue. De quelle raison/déraison parlons-nous ? De la raison raisonnante, de la raison raisonnable, de la raison d’être-vivre-mourir qui parfois nous met dans l’urgence de dire – ou encore du ‘y-a-pas de raison’ ? Et si, exprimant cela ou cela ou cela, il y avait étalée sur le fond cru de notre ironie la couleur acide de quelque désespoir. Décidément le 8 mai n’est pas le meilleur des jours. Je ne sais si reddition rime avec déréliction ou dérision. Excuse ma vivacité.

  5. Sans raison, je n’entend rien à la raison, je sais que ce n’est pas raisonnable mais je me refuse à raisonner car j’ai la tête qui résonne.

    Déraisonnablement.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.