L’INSTANT [PAUL VALÉRY / DINAH WASHINGTON]

 

En épigraphe de ‘La Mécanique des femmes’, roman terrible, Louis Calaferte inscrit, pour qui se méprendrait — et pourtant, tant se sont mépris ! — cette réflexion de Paul Valéry (Cahiers, II, Éros) :

Ce n’est pas la femme, c’est le sexe. Ce n’est pas le sexe, c’est l’instant — la folie de le diviser, l’instant — ou celle d’atteindre… quoi ?
Dinah Washington | I’ve got you under my skin
Ce n’est pas le plaisir — c’est le mouvement qu’il imprime, c’est le changement qu’il demande, harcèle et devant lequel il retombe, brisé, rompu, couronné d’une jouissance, liquéfié, achevé, béat, mais la volupté cache sa défaite.

 

Dinah Washington sings
‘I’ve got you under my skin’ [Cole Porter]
August 14, 1954, Los Angeles, CA.
 
 
À AMC.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.