MANDORLA [PAUL CELAN]


In der Mandel — was steht in der Mandel?
Das Nichts.
Es steht das Nichts in der Mandel
Da steht es und steht.
Im Nichts — wer steht da? Der König.
Da steht der König, der König.
Da steht er und steht.
Judenlocke, wirst nicht grau.
Und dein Aug — wohin steht dein Auge?
Dein Aug steht der Mandel entgegen.
Dein Aug, dem Nichts stehts entgegen.
Es steht zum König
So steht es und steht.
Menschenlocke, wirst nicht grau.
Leere Mandel, königsblau.

Mandorle

 
Dans l’amande — qu’est-ce qui se tient dans l’amande ?
Le Rien.
Le Rien se tient dans l’amande.
Il s’y tient, s’y tient.
 
Dans le Rien — qui se tient là ? Le Roi.
Là se tient le Roi, le Roi.
Il s’y tient, s’y tient.
 
Boucle de Juif, tu ne grisonneras pas.
 
Et ton œil — vers où se tient ton œil ?
Ton œil se tient face à l’amande.
Ton œil face au Rien se tient.
Soutient le Roi.
Ainsi il se tient, se tient.
 
Boucle d’homme, tu ne grisonneras pas.
Amande vide, bleu roi.

Paul Celan, Die Niemandsrose, La rose de personne.
Traduit de l’allemand par Martine Broda
Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions au sujet de “MANDORLA [PAUL CELAN]”

  1. Oui, écouter ‘sonner’ les mots de Celan… et émouvant aussi de l’entendre ‘dire’ ces mêmes mots d’une voix qui s’encoquille dans le temps. Cela me renvoie à un autre poète, d’une autre langue (je m’essaie à son impossible traduction) qui, étrangement, ‘sonne’ comme cet allemand-là) – quasiment inconnu ici -, tout traversé de Celan mais aussi de Jean de la Croix… et de Foucault, Lacan… Je vous en promets la primeur ici. Merci de dire sensiblement ici le cœur qu’il en est pour cette poésie-ci.

    Répondre
  2. Quel bonheur de rencontrer ici Paul Celan dont je goûte à plein cœur la poésie.
    Et j’ai été récemment fascinée par son texte “Le méridien”…ce lien entre la poésie et les marionnettes.
    Et j’aime le lire en allemand :

    Es steht das Nichts in der Mandel
    Da steht es und steht.

    Miracle du neutre allemand pour dire le rien… qui n’est pas tout à fait rien comme nous nous le disions.

    Et pour l’amande amère et l’amertume qui tient en éveil :

    Zähle die Mandeln,
    zâhle, was bitter war und dich wahrhielt,
    zâhl mich dazu…
    Mache mich bitter
    Zähle mich zu den Mandeln.

    Répondre

Répondre à Noëlle Combet Annuler la réponse

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.