MERLES ET AUTRES [MÉMOIRE PLANE]

memoire-plane250x193

à la mémoire de Yves D.

1.

Deux à l’affût
D’un buisson
Me rappelèrent
A moi-même
Comment avais-je pu
Une semaine durant
Vivre
Sans ces merles

2.

Au soir appesanti
Filait un merle
Surlignant l’avenue
De son cri
Tendu d’absence
Mais dis-moi
Qu’advient-il
Au matin résurgent
De la perte avouée
De ce rien d’espoir

3.

Telle la trajectoire
De l’oiseau voyageur
À son exigence criarde
Subtile rétention d’énergie
Répond un geste
De perte
À tout jamais

 

Publié initialement dans le recueil mémoire  plane, poésies des années 70 et 80 des pages ‘poètes, nos papiers !’ du site sous le clavier, la page.

A été préalablement publié dans LE-BLOG-A-VINCENT, extrait du même recueil, EXTRA STRONG, le 1er décembre 2010.

 

Merci, Luc ! [26 avril 2015]

6 thoughts on “MERLES ET AUTRES [MÉMOIRE PLANE]

  1. J’ai connu aussi, dans la maison que j’abandonne, un jeune merle hirsute, qui, pourchassé par ses congénères et le maître merle des lieux, venait, sciemment, au fond du jardin, se réfugier sous mon siège… Bisque ! Bisque ! Il en va des humains comme des merles…

  2. J’ai la chance de vivre au milieu des merles et merlettes. À les observer et les écouter, on a vraiment l’impression de comprendre leurs sentiments !?. Mais, de l’homme ou du merle, qui singe l’autre ?

Laisser un commentaire

*