MON COUP DE GUEULE ! CÉ COI ?

classe ancienne (2)J’entends ce matin une nouvelle qui provoque ma colère.

Sur les couvertures des manuels de la prochaine rentrée scolaire, une mise en garde destinée surtout aux parents de nos jeunes enfants : il sera indiqué que le livre est rédigé selon la nouvelle orthographe.

Ainsi donc, après la disparition du grec et du latin, nous allons assister à la disparition de l’accent circonflexe, du trait d’union, du « ph » de nénuphar (nénufar)… et que sais-je encore ?!

Nos dirigeants décident donc d’une manière soudaine et urgente de mettre en œuvre une réforme qui date de trente ans et qui n’a jamais été appliquée.

L’évolution de notre langue et de son orthographe nous est connue et son intégration se fait lentement, ce ne sont pas les lois ou les décrets qui font la langue, c’est le peuple !

Oui, mais l’urgence vient de cette révolution, la plus importante depuis mai 1968, en dehors de la « calculette » qui a fait aussi ses ravages : le fameux « téléphone intelligent », en français « smartphone » 🙂

Cet appareil est comme une greffe chez bon nombre de jeunes et, je vous l’accorde, de moins jeunes, à un tel point que, dans quelques années, nous l’aurons certainement sous la forme d’une puce sous-cutanée.

Les nouvelles générations parlent peu, mais écrivent beaucoup de petits messages (en français : sms) et, rapidité oblige, phonétiquement, voire selon des codes qui échappent aux plus anciens d’entre nous.

Doit-on pour cela mettre l’orthographe au niveau des pâquerettes ?

Je pense au moment présent à mon école primaire, nous tous, en rang devant la porte de la classe, nous entrons en silence, debout face à notre bureau, attendant l’ordre de s’asseoir, nous écrivons la date de ce jour de février 1956 et la phrase d’instruction civique… Je réalise que je commence à vieillir grave (dirait mon petit-fils)

Mais, quand je pense aux coups de règle reçus sur le bout des doigts pour chacune de mes fautes d’orthographe, je suis désolé, Mesdames et Messieurs les ministres, donneurs de nouvelles leçons, je continuerai à écrire nénuphar « ph » en souvenir et respect de mes maîtres que je n’ai certainement pas toujours aimés, mais qui ont fait ce que je suis.

Photo : Luc Picard, archives personnelles.

9 réflexions au sujet de “MON COUP DE GUEULE ! CÉ COI ?

  1. Oh là là, Luc, j’aurais pu écrire moi-même cet article, mot pour mot !!

    Je suis fan de la bonne orthographe. Quand je lis ces sms et autres messages, sans compter les articles de presse où je note plein de fautes, je suis bien désolée.

    Que pouvons-nous faire pour sauver la langue de Molière et autres grands auteurs ? Victor Hugo, par exemple, serait bien amer.

    Sur ce, bonne soirée malgré tout et amitié.

     

  2. Je ressens la même colère, Luc…Je repense à la langue si belle du XVIII dont je reste éprise, et, plus près de nous, à celle d’un Bachelard, d’un Bobin. Comment aller de l’avant ( j’ai un smartphone!) et ne pas pour autant jeter aux orties des trésors de notre passé?

  3. J’apprécie beaucoup les belles lettres, et je déteste vraiment les fautes d’orthographe, celles des autres, mais également les miennes ! . Quant aux langues, d’aucuns disent qu’elles évoluent toutes et qu’une langue figée est une langue morte. Je suis d’accord, c’est l’usage , mais, lentement, qui fait l’évolution, je préfère faire confiance aux lexicologues plutôt qu’aux technocrates.

    Ah ! le smartphone ! … vous allez vraiment de l’avant, Noëlle… je résiste ! … pour le moment !

     

     

     

     

  4. Je n’en use que modérément et, pour l’heure, il est fermé…Mais, hors de l’aspect pratique, quand j’en use, c’est, parfois avec plaisir, par exemple pour écouter La Callas ou Bernard Stiegler(rien à voir l’un avec l’autre!) sur youtube dans un moment d’intimité dans ma chambre à coucher

  5. Il me semble que nous sommes entrés dans l’ère des accents circonspects ! Voyez notre Châlons-en-Champagne, qui va devenir, bêtement, Chalons. Avant l’accent, c’était Chaalons, comme chez son cousin Chaalon, dans la Saône. Ça sentait de la gueule, cette langue-là, ce n’était pas light, ça n’avait pas peur de sa senteur d’oïl et d’oc… Près de chez nous, Luc, écoute-les prononcer Craonne… Bientôt, notre Laon sera Lan… ou Lahon… Ah, malheureux Picard !

  6. Toutes ces nouveautés me donne mal au craane.

    Un paon va peut être s’écrire pour les “pro” nouvelle orthographe : “pan” …

    Mais les” pro” sont opposés aux” pan” !  …je te dis : mal au craane !

     

     

     

  7. Trouvé ceci suite à une requête Cé coi dans un moteur de recherche du web : cé coi omg? Autre réponse : cé coi le screamer cactus? Sans même évoquer les c koa… Finalement, j’en reviens à la prose poétique de Queneau… Oh, que oui !

     

Laisser un commentaire

*