PAROLE(S) DE PSY [JEAN-BERTRAND PONTALIS]



Jean-Bertrand Pontalis, psychanalyste, pose, en épigraphe de son très personnel ‘En marge des jours’, cette phrase de Paul Valéry : « Quelque chose arrive dans une région du moi où je ne suis pas. » Une courte postface ajoute : « Certains des fragments qui composent ce livre ont trouvé leur origine dans des notes qu’il m’arrive de consigner de temps à autre dans un cahier, en marge des jours qui passent. » 

Anecdotes :

1. Déjeuner avec J.N. Il me fait part de sa perplexité : devrait-il vendre l’appartement qu’il possède sur les hauteurs de Nice, ce qui lui permettrait d’en acquérir un à Paris où il n’a pu que louer un minuscule studio dans un quartier qu’il exècre ? « Pourquoi pas ? lui dis-je, puisque tu ne vas presque jamais à Nice et que tu vis à Paris. —  Oui, mais d’un côté quand je suis à Nice, j’y suis bien, c’est là que je travaille le mieux. — Alors garde-le et arrange-toi pour y aller plus souvent. —  Oui, mais d’un autre côté c’est à Paris que j’ai tous mes amis, à Nice je ne connais personne. » Et cela continue comme ça un bon moment : « d’un côté, d’un autre côté ». Et puis, subitement, J. N. me fixe intensément comme si j’étais son sauveur et me déclare avec un regard éperdu de reconnaissance: « Tu as raison. Grâce à toi, j’ai pris ma décision : ou bien je vends ou bien je ne vends pas. »

2. Quelqu’un me raconte l’histoire de cet homme qui ne cessait de parler de sa recherche de la « femme idéale », il finirait bien par la trouver, cette femme. Un soir, ça y est, il la rencontre dans un bar : c’est elle. Il lui propose de l’accompagner chez lui. Elle accepte. Là , il découvre que la femme idéale est un travesti. Le lendemain il se suicide.

Deux anecdotes dont Félix Fénéon eût pu tirer des nouvelles en trois lignes. Je pense aussi à Henry James dont la plupart des récits ont trouvé leur source dans une anecdote recueillie au cours d’un dîner en ville : ce qu’il appelait de « ‘petites données’, de « petits faits locaux ». Je n’aime pas cette façon qu’ont beaucoup de déprécier l’anecdote: « Ça n’offre pas d’intérêt, c’est anecdotique. (Même des analystes disent cela et les patients plus souvent encore.)

Quand j’étais en « supervision » collective chez Lagache (« collective », quelle aberration !), il lui arrivait de nous dire lorsque l’un de nous rapportait un menu incident de la vie quotidienne que lui avait raconté son patient : « Écoutez cela comme vous écouteriez un rêve. » J’ajouterais : « Écoutez un récit de rêve comme s’il s’agissait d’un événement réel. » Dans ‘Choses vues’, Hugo relatait comme s’ils étaient équivalents les événements du jour et ses rêves qu’il appelait des « événements de la nuit ». Événement : ce qui arrive, inattendu.

Celui ou celle qui arrive est rarement celui ou celle qu’on attend.

J.-B. Pontalis, extrait de ‘En marge des jours’, pp. 53-55, Gallimard, Paris, 2002.

À M.M., pour en avoir parlé un peu,
 à I.C., pour en avoir parlé beaucoup,
 à A.C., pour en avoir parlé originellement.
 Cordialement. 

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL | MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS