PAS BESOIN D’UNE DEUXIÈME PAIRE GRATUITE [JOHNNY HALLYDAY]


20 millions d’euros de coût de production, 70 semi-remorques sur la route pendant la tournée, 8 écrans géants sur bras robotisés, 4 statues géantes et un aigle surplombant les musiciens, 2000 m2 de scène sur une structure de 60 m de long et 30 m de haut, 240 000 personnes présentes au Stade de France vendredi, samedi et dimanche.

C’est quoi ça ? C’est la tournée organisée pour ses 66 ans par Jean-Philippe Smet alias Johnny Hallyday, le plus suisse des Belges qui ait fait son beurre en France, en bon VRP d’un rock mou et surtout pas dérangeant, d’un genre qu’on peut chanter chez Drucker le dimanche… Ca va twister dans les maisons de retraite, c’est moi qui vous le dis !

Pendant ce temps là, 450 000 mecs continuent de faire de la musique, sans trop de moyens, mais avec infiniment plus de goût… Et comme ils ont aussi besoin de se détendre entre deux compos, on les renvoie sur ce lien légal de musique légale.

Reprise intégrale de l’édito de la newsletter d’AudioFanzine du 30/05/2009.

[illustration libre ici de toute publicité… pour cette lamentable mais pourtant rémunératrice publicité, n’est-ce pas Johnny !]

12 réflexions au sujet de “PAS BESOIN D’UNE DEUXIÈME PAIRE GRATUITE [JOHNNY HALLYDAY]

  1. Oh, ce borgne-là, on n’oublie pas ! Mais, il ne s’agissait ici que d’un clin d’œil (celui qui reste ?) au Paul Meurisse de ma jeunesse. Mais, n’est-ce-pas, Gertrude, aujourd’hui,’Le Monocle ne crâne plus’.

Laisser un commentaire

*