PERLES ET COQUILLES


dada


S’il est une bible, française, de la typographie, pour qui doit éditer, c’est bien le ‘Ramat’ — du nom de son auteur, Aurel Ramat, ancien linotypiste de presse et correcteur d’épreuves à l’ONU —  mais il est vrai que cette ‘somme’ typographique ne se lit pas comme un roman, aussi l’auteur, avec un clin d’œil appuyé, la termine par quelques perles et coquilles, réelles ou supposées telles, relevées, entre autres, dans les livres et journaux. Je ne résiste pas au petit plaisir de livrer ici quelques-uns de ces dérapages de l’écriture qui parfois en disent un peu plus que leur banal propos. 

Dans le catalogue : Don Juan, le grand séducteur (épuisé).
Elle entra dans la chambre et, quand elle vit le lit vide, elle le devint.
La jeune fille prit la gomme et s’effaça discrètement.
Et maintenant, ce n’est plus le juge qui vous interroge, c’est l’honnête homme.
Les cérémonies de Pâques n’ont pas suscité la passion.
Le vieil homme marchait dans rue, les mains derrière le dos, en lisant son journal.
L’accusé a vécu une vie de bâtons de chaise. Le dossier est entre vos mains.
L’homme s’écria en roulant les r : “Ah ! que c’est beau !”
L’orateur faisait de grands gestes tout en parlant du bras droit.
La main de cette femme était froide comme celle d’un serpent.
Pour cambrioler le prêtre, le voleur a utilisé un diable.
Le garçon utilisa son pourboire pour manger.
Le Musée vient d’acquérir un dixième poussin.
Il marchait lentement, de peur de se casser un bras, une jambe ou un autre membre.
Que la paie soit avec nous.
Les Femmes qui n’ont pas été conquises, montées par le groupe théâtral.
Made in Turkey / Fabriqué en dinde.
Les jeunes gens se sont mariés pour le malheur et pour le pire.
Pierre se retrouva dans rue, tout nu, sans un sou en poche.
Pendant la guerre, la résistance passive était très active.
Le chauffeur s’endort, le camion se couche.

Etc. 

Aurel Ramat, ‘Le Ramat typographique’, Éditions Charles Corlet, 1994.

5 réflexions au sujet de “PERLES ET COQUILLES”

  1. Il me revient cette anecdote relative aux ‘coquilles’ journalistiques, paraît-il ‘vraie’ — mais qu’est-ce qui est vrai dans la presse ?! : un rédacteur en chef conclut une longue carrière par un ultime éditorial humoristique intitulé, sur cinq colonnes à la une, ‘Cinquante années de mes meilleures coquilles’. Et bien sûr, au marbre, les correcteurs, eux, à leur tour, ne se sont privés du plaisir d’une dernière coquille…

  2. Lu dans un grand journal sportif à propos d’un non moins grand sportif :
    “Il devra divorcer de B.F., sa femme de sept ans”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.