PROPHÉTIE ET JÉRÉMIADE [ELIAS CANETTI / LA BIBLE DE JÉRUSALEM]

prophete-jeremieÀ deux jours d’intervalle, mes lectures me font rencontrer ceci et cela.

La prophétie est une tromperie malveillante. Le pouvoir d’un prophète réside dans sa malveillance. Toute transgression excite son ire. Il est incapable d’empêcher qu’elle ait lieu et la frappe donc d’une menace. Autant de transgressions, autant de menaces, et il y en a malheureusement plus qu’il n’en faut. Peut-on s’imaginer chose plus dégoûtante qu’un prophète ?

Mais pourquoi accuses-tu les prophètes de tromperie ? Son obsession justifie le prophète, et il prend lui-même ses menaces au sérieux.

La tromperie siège dans le fait qu’il croit en sa mission : il commence par se duper lui-même. Mais une fois qu’il a trouvé son audience, toute duperie lui sera bonne qui lui permettra d’élargir cette dernière. Il succombe à ses propres vaticinations.

Elias Canetti, Le Cœur secret de l’horloge [année 1980], Réflexions, 1973-1985, Albin Michel, 1989. Traduit de l’allemand par Walter Weideli.

 

J’ai entendu comment parlent les prophètes qui prophétisent en mon nom le mensonge : “J’ai eu un songe ! J’ai eu un songe !” Jusqu’à quand y aura-t-il au sein des prophètes des gens qui prophètisent le mensonge et annoncent l’imposture de leur cœur ? Avec les songes qu’ils se racontent l’un à l’autre, ils s’ingénient à faire oublier mon Nom à mon peuple ; ainsi leurs pères ont-ils oublié mon Nom au profit de Baal ! Le prophète qui a eu un songe, qu’il raconte un songe ! Et celui qui tient de moi une parole, qu’il délivre fidèlement ma parole ! Qu’ont de commun la paille et le froment ?

— Oracle de Yahvé.

La Bible de Jérusalem, “Jérémie”, Éditions Cerf, 1988, pp. 1188.

Illustration : Prophète Jérémie, Marc Chagall, huile sur toile, 115 x 146 cm, 1968, Musée national Message Biblique Marc Chagall, Nice, France .

JÉRÉMIADE : Étymol. et Hist. 1738 (Voltaire, L’enfant prodigue, I, 1, p. 7); av. 1743 (Trév. qui cite l’abbé de Choisi, s. réf.). Dér., au moyen du suff. -ade*, du nom du prophète Jérémie, aut. du livre des Lamentations sur les malheurs de Jérusalem. Cf. la loc. faire le Jérémie « se lamenter » (1648, Scarron, Virgile I, 72a ds Richardson). [CNRTL]

1 réflexion au sujet de “PROPHÉTIE ET JÉRÉMIADE [ELIAS CANETTI / LA BIBLE DE JÉRUSALEM]”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.