QUAND LA PIFOMÉTRIE DEVIENT UNE SCIENCE EXACTE

nez-de-gaulleInstitué en 1928, d’après l’ATILF, le pifomètre, qui existait déjà depuis des millénaires de manière empirique, est venu rejoindre, républicainement, au fil des décennies, notre cher, et devenu quasi universel, système métrique, grâce une nouvelle fois au charisme du général de Gaulle qui, en l’occurrence, pour ce qui est de l’instrument, sert toujours de référence. Certains le considèrent même dans son domaine comme le pifomètre-étalon [ci-contre une esquisse encore schématique datant de l’époque] : «En matière politique, il n’y a que le pifomètre qui compte. Celui du général de Gaulle est le meilleur de tous.» (L’Express, 13 déc. 1965).

Si, dans notre langage populaire, nous utilisons quotidiennement des unités pifométriques, et nous les comprenons parfaitement en dépit de leurs grandes imprécisions, cependant, nous vivons dans un monde de plus en plus normalisé, aussi, l’auteur a voulu étendre la norme en tentant de donner des valeurs adéquates et incontestables à ce qui n’étaient jusqu’à présent qu’appréciations subjectives et… à vue de nez.

normalisation-pifometre

 

ᐅ Pour accéder à l’ensemble du dossier.

Le document que nous vous livrons, pour  dater déjà de quelques années — il a fallu les années 1990-2000 pour que l’effort aboutisse et que la pifométrie possède son propre corpus, scientifiquement abouti et reconnu — , présente une tel intérêt, et l’ignorance de la société civile, et par voie de conséquence du grand public,  est telle en la matière, que nous avons jugé utile, non, nécessaire, de lui rendre son actualité.

pifometrieBien sûr, une telle démarche scientifique – rien n’est jamais assez rigoureux dans le domaine de la normalisation — n’a été possible qu’à la suite d’un important, prolongé, réitéré effort de recherche et fondamentale et appliquée ; aussi, nous ne saurions passer sous silence les spectaculaires expériences et démonstrations auxquelles se livrent, parallèlement à l’UNM, depuis des années, Luc Chareyron et son équipe de l’ENSIP (École Nationale Supérieure des Ingénieurs Pifométriciens). Qu’un hommage public leur soit unanimement et collectivement rendu ici.

Sources documentaires et iconographiques et crédits photographiques, respectivement : Clionautes.org, Union de Normalisation de la Mécanique (UNM), indriya.org et pifométrie.net — ENSIP (Jean-Paul Kaiser).
Recherche : Luc Picard. Documentation additionnelle : Vincent Steven. 

2 thoughts on “QUAND LA PIFOMÉTRIE DEVIENT UNE SCIENCE EXACTE

  1. Bonjour Luc,

    Tout ceci est dit avec beaucoup d’humour et j’aime bien le dessin de De Gaulle, il faut dire qu’il avait un beau tarin pour ce genre d’expérience.

    Et puis, je crois qu’au pif, on fait mieux parfois !

    Bien amicalement.

Laisser un commentaire

*