RAPPEL AU DÉSORDRE (DE LA PENSÉE) [JULIEN BENDA]

Notre âge aura vu des prêtres de l’esprit enseigner que la forme louable de la pensée est la forme grégaire et que la pensée indépendante est méprisable. Il est d’ailleurs certain qu’un groupe qui se veut fort n’a que faire de l’homme qui prétend penser pour son compte.

Julien Benda, La trahison des clercs,
Éditions Bernard Grasset, 1927.
De l’ouvrage de référence au livre que l’on oublie, on s’est naguère posé la question de savoir si l’on devait rééditer ‘La trahison des clercs’. Tant que les intellectuels — des intellectuels — seront tentés de trahir — ou trahiront — leur responsabilité face à ce que l’humanité vivante peut produire d’intelligence (et corollairement de ‘désintelligence’), selon moi, la question permanente à se poser demeurera : rééditer ‘La trahison des clercs’ ou rééditer la trahison des clercs.
 
N.B. : Téléchargeable sur les sites
de l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi)
et de Scribd
 

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.