SAINT-SILENCE [JOÉ BOUSQUET]

L’avenir qui tremblait d’avoir couru sur elle
n’ayant su m’exaucer sans renverser mes jours
j’écris sur le collier de notre chien fidèle
que chez nous le hasard est mort de mon amour
Rue où l’homme se perd d’entendre ce qu’il voit
quelqu’un avait frappé la mort m’ouvrant la porte
voulut qu’entre mes pas le vent cueilli pour toi
fît à mes vers ce don que nul écho n’emporte
d’un cœur qui se fermait pour écouter ta voix

 

Joé Bousquet, Nous passerons l’espérance,
La Connaissance du soir, Gallimard, 1947.

3 réflexions au sujet de “SAINT-SILENCE [JOÉ BOUSQUET]

  1. Cher Luc, bonsoir. J’aime ce blog ! Et je lis ce texte qui me parle beaucoup car c’est d’Amour qu’il parle. Quelle beauté ! Oups ! ce n’est pas ton blog ? Je vais dans l’autre mais c’est tout de même ce que je pense. si ! c’est le tien car je me vois dans ton coup de gueule. Tu me diras ? En tout cas merci de tes passages et amitié et bisous ! Tu as aussi un Titi comme le mien ? un chat qui s’appelle Titi ? nani

  2. Bonsoir. Désolé, mais vous vous êtes trompée de porte. Ce portail intègre un ensemble de blogs d’auteurs différents, dont celui de Luc, Le Vert Mot, qui porte sa signature, Luc Picard, mais c’est la porte à côté. Ici, vous êtes sur le blog le-blog-a-vincent, signé VincentSteven. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

*