SI C’ÉTAIT LA LUMIÈRE [PHILIPPE JACCOTTET]

Si c’était la lumière qui tenait la plume,
l’air même qui respirait dans les mots,
cela vaudrait mieux.

Philippe Jaccottet, Ce peu de bruits, Gallimard, Paris, 2008.

A T., à N., qui le savent. Cordialement.
Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « SI C’ÉTAIT LA LUMIÈRE [PHILIPPE JACCOTTET] »

  1. Mais oui… et je vais me répéter : c’est cela même les supercordes cosmiques vibratoires, en lien avec nos rubans neuroniques eux-mêmes en lien avec ceux des autres que nous connaissons, (pour moi, ceux de Tarek, les vôtres…) mais aussi de ces autres que nous ne connaissons pas ; d’où les interconnexions, les influences, la nécessité de la vigilance : tenter de ne pas abîmer le monde…

    Répondre

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.