SI LIEU IL Y A ! CE SERAIT UN MÛRIER [TAREK ESSAKER]

Si lieu il y a !

Ce serait un mûrier

S’il y a lieu hors de toute distance
Comme de toute proximité

Patiemment !
On voit ses pensées dégrafées
Légères
Chancelantes
Dormeur sous le mûrier

En passant

Même si des mains
Comme les miennes tremblent
Et un cœur si silencieux qui boite
Les rêves du mûrier seront le temps de vie
Les sens s’en chargeront

D’autres sont sous divers cieux
À peu près

Comme des fleurs ou des mots
De coquelicots
Ou de pic vert
À traîner des pétales
Ou des pieds

Sous le très lent brasier du chemin
Vers toi
Par-delà
L’œil insomniaque
Du mûrier

Les nuits et quelles nuits
Et si c’étaient celles du mûrier

Une tête burlesque se penche
Sur des lettres
Prononcées mais
Jamais achevées

Mon témoin

Le mûrier grisonnant adossé
Ivre contre ton ombre
Comme la nuit des voiliers
Au bout de la mer

Il prononce des suites de psaumes

Mon père en deviendrait fou

Une ombre apparaît disparaît
Comme un hasard
D’un mot dans la barque
Des branches du mûrier

Est-ce toi ou ton rêve ?
Pieds nus
Ne sachant plus même
Épeler sa berceuse d’enfance

Ou est-ce le mûrier ensorceleur
Des terres et des mots

Serais-tu déjà la lune ?
Qui
Comme un cerceau
Se dépare

Ne tourne plus rond

Et se débarrasse
De toute poussière
Comme d’une promesse
À traîner d’une branche
À une autre

Tarek Essaker, avril 2022.

Se c’è

Se c’è sarebbe un gelso
oltre ogni distanza
come oltre ogni vicinanza

Con pazienza
Vediamo i suoi pensiere sganciati,
leggeri, vacillanti
Dormiente sotto il gelso

Tra l’altro
Anche se mani
Come le mie tremano
E un cuore cosi silenzioso che zoppica
I sogni del gelso
Saranno il tempo della vita
I sensi se ne occuperanno

Altri sono sotto altri cieli
All’incirca
Come fiori o parole di papaveri
o di picchio verde
a trascinare petali o piedi
Sotto la lentissima fiammata
del sentiero verso di te

Al di là
dell’occhio insonne del gelso
Le notti e quali notti
Se fossero quelli del gelso

Una testa burlesca
si china sulle lettere
pronunciate e mai finite
Il mio testimone

Il gelso brizzolata
Addossato ubriaco
Contro la tua ombra
Come la notte
le barche a vele
al fin fondo del mare

Pronuncia serie di salmi
Mio padre impazzirebbe
Un ombra appare scompare
come una coincidenza
di una parola in barca
rami di gelso

Sei tu o il tuo sogno
a piedi nudi
Non sapendo più
scrivere la sua ninna nanna d’infanzia

O sarà il gelso che ammalia
Terre e parole
Sarebbe già la luna
che come un cerchio si smonta
Non girare più in tondo
e scarta tutta la polvere
come da una promessa
da trascinare
da un ramo ad un altro.

Traduction italienne de Si lieu il y a ! Ce serait un mûrier, poème de Tarek Essaker, par Laura Grimaldi, septembre 2022, tous droits réservés.

P.S. : Ce texte a été lu, en première, par la traductrice et poétesse Laura Grimaldi, lors de la soirée consacrée aux écrits poétiques de Tarek Essaker, le 20 septembre 2022, au Blues-Sphère Bar, à Liège. Immense remerciement à Laura pour son beau travail de traduction (et de poésie) – ce n’est pas si évident ! – et pour sa lecture du 20 septembre.

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « SI LIEU IL Y A ! CE SERAIT UN MÛRIER [TAREK ESSAKER] »

  1. En poésie, il n’y a pas de traduction possible ; seulement, et c’est démesuré, une réinvention du texte (dans le respect de l’original). Toujours un risque pris aussi. Merci Laura de ce magnifique geste.

    Répondre

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL | MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS