VERS L’AFFOLEMENT [PIERRE SCHNEIDER / BRAM VAN VELDE]

Il n’est pas de Paris sans Louvre, et selon la tradition il n’est pas d’artiste plasticien, étudiant ou confirmé, sans la fréquentation des œuvres qui y sont exposées — avec l’autorisation de les copier, à condition que ce ne soit jamais à l’échelle 1:1. De ce rapport souvent amoureux, parfois problématique au “plus grand musée … Lire plus…

BRAM VAN VELDE, PEINTRE-CLÉ, HOMME-SERRURE

L’œuvre de Bram van Velde [1895-1981] : un apaisement, une réconciliation…, un soulagement. Voyage de retour vers l’essentiel, vers l’essence. Tout son silence est là, manifeste. Pas sur le fond, pas dans les interstices, mais dans la transparence même de la matière — si peu matière ! — sans doute aussi dans ces raccords et … Lire plus…

LE MONDE ET LE PANTALON [SAMUEL BECKETT]

  Dans un court essai, ‘Le monde et le pantalon’, consacrés aux frères Bram et Geer van Velde, écrit en 1945, Samuel Beckett débute et termine par une critique radicale du monde l’art (amateurs et critiques, notamment) et des catégories esthétiques. Il faut relire ces pages, indépendamment, et non indépendamment, de la fine analyse qu’il … Lire plus…

BRAM VAN VELDE OU L’ANTI-PICASSO [CHARLES JULIET]

  de cet homme immergé         résolu voué à l’incessant la hantise du centre qui signait et ne signe plus BVV Ainsi Charles Juliet achève-t-il le poème introductif d’un intime ‘Rencontres avec Bram Van Velde’. BVV, comme on aimait à le nommer, était, jusqu’à l’exacerbation — mais lequel s’y complaisait le plus … Lire plus…

BRAM, ENCORE, INLASSABLEMENT… [BRAM VAN VELDE]

La vie est ressassement.   Puisque nous en parlions, de Charles Juliet, et moi, de Bram (van Velde), je retrouve – manie de conserver les catalogues – celui de chez Maeght, de 1993, aux textes de Juliet et Duthuit.   Juliet, présentant Bram, écrit de ‘L’homme’ et, en conclusion : Absent du quotidien, le plus … Lire plus…