MOURIR, DRÔLE D’IDÉE !

L’homme immortel défie le temps et ne se pose pas la question de son éternité ; il n’est agité par nulle angoisse existentielle. Condamné à indéfiniment se survivre, il n’est aucunement préoccupé d’assurer une postérité. Immobile, sans futur, inlassablement face à lui-même, s’ignorant (il est le Tout, l’univers), et à ses semblables dont il ne … Lire plus…

MYSTIQUE [D.H. LAWRENCE]

Paul Cézanne, Pommes   Ils appellent mystique toute expérience sensible quand elle est réfléchie. Ainsi une pomme devient mystique quand j’y goûte l’été et les neiges, le sauvage désordre de la terre et l’insistance du soleil. Autant de choses que je puis sans faute goûter dans une bonne pomme Bien que certaines pommes aient surtout … Lire plus…

RIEN DE CE QUI EST SENSATION… [JOSEPH DELTEIL]

Joseph Delteil (1894-1978), à l’œuvre prolixe, qu’il ramena, par un auto-autodafé, proclamé, tout personnel et décrété définitif, à un gros volume de sept cents pages, donc œuvres intangiblement complètes et expurgées, ne comportant finalement plus que six titres – au feu le reste… et gare à qui se pencherait sur les cendres ! –, Delteil, … Lire plus…

CHEMINÉE D’USINE [PIERRE REVERDY]

De ma vie, je n’aurai jamais rien su faire de particulièrement remarquable pour la gagner, ni pour la perdre. Pierre Reverdy, Prière d’insérer de l’édition de 1945 de La plupart du temps.     Paul Cézanne, L’Estaque CHEMINÉE D’USINE L’air nous est remis les amis barbares le refrain choisi Les vieilles promesses la terre végétale … Lire plus…