ORALITÉ ET TERRITOIRES [DE TAREK ESSAKER TRESSÉ PAR NOËLLE COMBET]

« La trame de ce qui s’absente, confisqué, lancine comme un caillou sous le cœur. » T.E. « Comme on le voit déjà dans les sillons des terres, le vivre affronte des accidents, des dénis, des ablations. Il actualise son état et se met en mouvement pour étendre ses singularités, autant son histoire que celle … Lire plus…

CHEMINS PERDUS OÙ TROUVER DU BOIS [NOËLLE COMBET / HEIDEGGER]

La belle image heideggerienne des chemins perdus a, dans les lignes qui suivent, fonction de fil transversal accompagnant une promenade dans la pensée avec, mais aussi contre et au-delà de Heidegger ; la jouissance y sera approchée en tant que visée essentielle, au fil d’un parcours, mettant en perspective, des textes et des points de vue en toute amicale “déconstruction”.

“Déconstruction” aussi, dans la mesure où, m’appuyant à plusieurs reprises sur l’ouvrage de Misrahi “La jouissance d’être”, je n’en ai retenu que ce qui m’y est apparu comme mon “bien”, sans me contraindre à une lecture exhaustive, voire contradictoire en ce qui concerne certains des autres points abordés. Ce parcours m’a ramenée à Spinoza, la plupart du temps, car Misrahi tire la dernière partie de l’ “Éthique” du côté d’une liberté qu’elle contient en germe.

“L’origine est devant nous”, écrivait Heidegger.

Et si l’un des noms de cette origine future était Spinoza ? 

Lire plus…