GUERRE…, MAIS GUÈRE !

La fin de l’hiver était douce et autorisait de saines promenades à travers les gravières — les ‘grèvières’, comme on dit ici — et le long du canal. Je m’avançais donc de mon bon pas et finissait par rejoindre un couple arrếté qui contemplait un envol d’oiseau : — C’est un cygne, disait-elle. — Non, … Lire plus…

ANTI…PILI-PILI…TAIREMENT [RENÉ DE OBALDIA]

LE MATRIOTE Qu’ils partent à la guerre ! Qu’ils partent vers l’horreur ! Qu’ils se tuent pour leurs pères ! Quels pères ? Le seul qui est au ciel ne leur suffit point ? Ô hommes débiles, incapables d’assumer la guerre en vous-mêmes ; et elle en déborde ! Hommes faibles ; et la faiblesse … Lire plus…