CANULARS ÉLECTORAUX

Les “promesses” de certains candidats aux élections me paraissent tellement irréalistes, que je pense aux canulars parfois savoureux d’anciens candidats à divers mandats. En 1889, Rodolphe Salis, propriétaire du célèbre cabaret parisien Le Chat Noir se présentait aux élections législatives dans l’arrondissement de Pigalle, son programme tenait en deux revendications : Séparation de Montmartre et de … Lire plus…

MOCK’ART | NON MANIFESTE [PAUL MASSON]

  NON PRIÈRE D’INSÉRER Mock’Art est à l’art ce que l’art est à la moquerie. Libératoire grimace ! Mock’Art est inodore, insonore, invisible, insipide, impalpable, inaltérable. Mock’Art est sans manifestation, sans concept, sans définition. Mock’Art EST. Mock’Art est sans salon, sans galerie, sans musée. Mock’Art est sans organisation, sans médiation, sans création, sans public. Mock’Art … Lire plus…

QUAND LA PIFOMÉTRIE DEVIENT UNE SCIENCE EXACTE

Institué en 1928, d’après l’ATILF, le pifomètre, qui existait déjà depuis des millénaires de manière empirique, est venu rejoindre, républicainement, au fil des décennies, notre cher, et devenu quasi universel, système métrique, grâce une nouvelle fois au charisme du général de Gaulle qui, en l’occurrence, pour ce qui est de l’instrument, sert toujours de référence. … Lire plus…

UN PHILOSOPHE [ALPHONSE ALLAIS]

On connaît d’Alphonse Allais (1854-1905), natif de Honfleur (Calvados), pharmacien de profession et inventeur du café lyophilisé (eh, oui !), homme de lettres par amour (des lettres), chroniqueur de presse, compagnon de bistrot de Debussy et Satie, entre autres, son humour calembourgeois et nonsensique, jamais méchant, toujours drôle et parfois tendre. Pour preuve.   Je … Lire plus…

JOYCE, J’AIME… [ANDRÉ GIDE]

En 1942, André Gide donne dans sa chronique du Figaro une série d’interviews fictives, qui feront la matière de Attendu que… publié par les Éditions Edmond Charlot à Alger en 1943. J’en extrais ici un fragment qui prend pour prétexte une controverse relative au Ulysse de James Joyce. On appréciera la subreptice subversion des références … Lire plus…

COUCOU-LES-NUÉES [ALBERTO MANGUEL / ARISTOPHANE]

COUCOU-LES NUÉES OU NÉPHÉLOCOCCYGIE.  Ville construite dans les airs, à la verticale de la plaine de Phlégra, en Grèce. La ville fut fondée en 400 av. J.-C. par l’Athénien Pisthétairos pour servir de forteresse aux oiseaux. On peut encore apercevoir aujourd’hui les ruines de la cité et, en particulier, les vestiges de la porte du … Lire plus…

ALLAH ET LES IMBERBES [AHMAD AL-TÎFÂCHÎ]

Le monde arabe ou arabo-musulman, comme on aime à le nommer généralement, n’est pas aussi monolithique dans sa pensée qu’on veut bien le prétendre. Il y eut aussi ces “siècles d’or” où, malgré des pressions puissantes et contradictoires, une véritable humanisme pu — et su — s’épanouir (non sans répression d’ailleurs). Il est vrai aussi … Lire plus…

PERLES ET COQUILLES

S’il est une bible, française, de la typographie, pour qui doit éditer, c’est bien le ‘Ramat’ — du nom de son auteur, Aurel Ramat, ancien linotypiste de presse et correcteur d’épreuves à l’ONU —  mais il est vrai que cette ‘somme’ typographique ne se lit pas comme un roman, aussi l’auteur, avec un clin d’œil appuyé, … Lire plus…

PARC CHAUVE-SOURIS [KAREN ELIZABETH GORDON]

Venez-vous souvent dans ce noctambuparc ? Les chauves-souris reçoivent-elles leur piqûre annuelle contre la rage ? Naguère encore Parc Montsouris, jusqu’à ce qu’un nielle en provenance de Transylvanie ait attaqué le mont et tout son feuillage pour le laisser chauve et un peu honteux. Il est devenu âpre et babillant de ruisseaux et de grottes … Lire plus…

A SOPHISTICATED LADY

  Il est de ces ‘formules’ qu’enveloppe une parfum de sophistication particulièrement raffinée. Toute une imagerie les accompagne ; plus exactement les suggère. Défilent des images d’un Paris de Champs Élysées et de dames élégantes posant devant une boutique de mode ou le siège d’une compagnie aérienne surannées, un Londres de Regent Street sur arrière-fond … Lire plus…

LE CALEMBOURG EST COMMUN [RAYMOND QUENEAU]

Le vingt-cinq septembre douze cent soixante quatre**, le duc d’Auge se pointa sur le sommet du donjon de son château pour y considérer, un tantinet soit peu, la situation historique. Elle était plutôt floue. Des restes du passé traînaient encore ça et là, en vrac. Sur les bords du ru voisin, campaient deux Huns ; … Lire plus…