UNA MATTINA [ABBAZIA DI SANTA CROCE IN SASSOVIVO]

      Una mattina, alla fine di luglio del 2010, ti ricordi, fratello Piero, in questa abbazia ? Un giorno luminoso, musicale e silenzioso [mi hai detto che uno studente di Messiaen è venuto lì per l’acustica] dopo un’altra giornata, terribile…   À la mémoire de M.H.A. photo : VS Abbazia di Sassovivo, Wikipedia

TRECENTO… [PÉTRARQUE]

Une voyageuse évoque la maison natale de Pétrarque à Arezzo ;  je pense aux traductions de sa poésie qu’ont données, admiratifs, Ronsard et Du Bellay, et je ne résiste donc pas à la lecture de ceci :   PASSA LA NAVE MIA COLMA D’OBLIA… Passa la nave mia colma d’oblio per aspro mare, a mezza … Lire plus…

LA CASA DI ZIA R’HIMO / LA MAISON DE TANTE R’HIMO [MOHAMED H. AKALAY]

[FRANÇAIS] Le texte, que nous donnons ici dans une version bilingue, a fait l’objet d’une traduction française en 1996, alors qu’il était encore inédit. Aujourd’hui, il est publié dans sa version originale italienne, dans un recueil de quatre récits (racconti) comprenant en outre : “La sacra iniziazione”, “La thaymùma”, “Mù Zina” et une belle préface … Lire plus…

TI ADORO COME L’OMBRA… [MOHAMED H. AKALAY]

  Mohamed Hakim Akalay, un être en poésie   Dimanche 25 juillet 2010, jeudi 25 juillet 2013 : trois années qui n’ôtent rien à la tragédie d’une vie foudroyée. Et ce foudroiement participait de la vie même de Hakim ; sa poésie en donne maints témoignages. Mais il est un autre aspect, clair, lumineux qui … Lire plus…

SOLITUDINE… / SOLITUDE… [MOHAMED H. AKALAY]

Solitudine Midriasi delle mie angosce Con serpai in gola Ed algido sudore M’innalzo al tuo altare Depongo una rosa Colta da appassita nuvola Prostrato M’avvolgo nella sindone Del tuo crudele silenzio   Solitude Dilatation morbide de mes angoisses Serpents dans la gorge Et sueur glaciale Je me dresse devant ton autel Y dépose une rose … Lire plus…

LA MATTINA… / AU MATIN… [MOHAMED H. AKALAY]

La mattina Entro nel ghiaccio dell specchio In cerca di sogni Fatti la notte M’accorgo che si sono sparpagliatti In loto e girasole Sulle dolci dune della luna che Giace assonnata Sotto lo sguardo del mio gatto   Au matin J’entre dans la glace du miroir En quête des rêves Nés de la nuit Et … Lire plus…

DOV’È LA SORGENTE? / OÙ EST-ELLE LA SOURCE ? [MOHAMED. H. AKALAY]

Dov’è la sorgente? Dove scorre il sangue degli innocenti? Dove malvagi venti devastano Bambini e fiori di menta? Dov’è l’ombra eclissato il sole? Dove volgari vulcani eruttano Miseria ed abiezione? Dove calcare i passi Sulla raffinata sabbia del dolore? Dove leggere il nome Sulla putrida pelle d’esilio? Dove seminare? Dove annidano letali aracnidi? Dove cogliere … Lire plus…

AUX RACINES DE L’EXIL [MOHAMED H. AKALAY]

De Mohamed Hakim Akalay [1944-2010], l’ami Hakim, — dont on trouvera maintes ‘traces’ ici et dans des pages voisines — on doit dire que le sens, donc le drame, de sa vie fut L’EXIL. Exil qui donna énergie à sa démarche de créateur : tout à la fois écrivain, poète, peintre mais aussi graveur, photographe, … Lire plus…

PAR DELÀ ‘LE CHEMIN DE LA TRISTESSE’… [MOHAMED H. AKALAY]

  Il n’y a pas si longtemps nous étions, Hakim, l’ami, et moi, occupés à traduire ses poésies et nouvelles, anciennes et récentes, jusqu’à, récente aussi, la ‘fracture’ fatale qui, l’absentant brutalement, autorise cependant l’œuvre, ‘son’ œuvre, à vivre encore, toujours, à vivre pour elle-même dans la mémoire de son auteur, autonome et plus que … Lire plus…

FIAT MATER

  La femme fasciste doit être physiquement saine, pour pouvoir devenir mère de fils sains, selon les ‘règles de vie’ indiquées par le Duce dans le mémorable discours aux médecins. Il faut donc absolument éliminer les dessins de figures féminines artificieusement amaigries et masculinisées, qui représentent le type de femme stérile de la décadente civilisation … Lire plus…

SOUCIS D’UN PÈRE… ET D’UN VIOLON [ITALO SVEVO]

  Connaissez-vous Italo Svevo — Ettore Schmitz —, l’auteur de La Conscience de Zeno et Sénilité ? Ses écrits, selon ses propres dires, sont autobiographiques ; et il semble que sa correspondance personnelle l’est tout autant. Et comme toute autobiographie d’un autre résonne inévitablement en nous — sinon pourquoi lirions-nous ?! — je ne me … Lire plus…