PÂTES AU THON À L’ITALO-BERBÈRE [CUISINE RE/CRÉATION]

CÔTÉ CUISINE | RECETTE DE HAKIM AKALAY REVISITÉE PAR VINCENTSTEVEN

UNA MATTINA [ABBAZIA DI SANTA CROCE IN SASSOVIVO]

Una mattina, alla fine di luglio del 2010, ti ricordi, fratello Piero, in questa abbazia ? Un giorno luminoso, musicale e silenzioso [mi hai detto che uno studente di Messiaen è venuto lì per l’acustica] dopo un’altra giornata, terribile… À la mémoire de M.H.A. photo : VS Abbazia di Sassovivo, Wikipedia

TRECENTO… [PÉTRARQUE]

Une voyageuse évoque la maison natale de Pétrarque à Arezzo ;  je pense aux traductions de sa poésie qu’ont données, admiratifs, Ronsard et Du Bellay, et je ne résiste donc pas à la lecture de ceci :   PASSA LA NAVE MIA COLMA D’OBLIA… Passa la nave mia colma d’oblio per aspro mare, a mezza … Lire plus…

LA CASA DI ZIA R’HIMO / LA MAISON DE TANTE R’HIMO [MOHAMED H. AKALAY]

[FRANÇAIS] Le texte, que nous donnons ici dans une version bilingue, a fait l’objet d’une traduction française en 1996, alors qu’il était encore inédit. Aujourd’hui, il est publié dans sa version originale italienne, dans un recueil de quatre récits (racconti) comprenant en outre : “La sacra iniziazione”, “La thaymùma”, “Mù Zina” et une belle préface … Lire plus…

TI ADORO COME L’OMBRA… [MOHAMED H. AKALAY]

Mohamed Hakim Akalay, un être en poésie Dimanche 25 juillet 2010, jeudi 25 juillet 2013 : trois années qui n’ôtent rien à la tragédie d’une vie foudroyée. Et ce foudroiement participait de la vie même de Hakim ; sa poésie en donne maints témoignages. Mais il est un autre aspect, clair, lumineux qui demande à … Lire plus…

SOLITUDINE… / SOLITUDE… [MOHAMED H. AKALAY]

SolitudineMidriasi delle mie angosceCon serpai in golaEd algido sudoreM’innalzo al tuo altareDepongo una rosaColta da appassita nuvolaProstratoM’avvolgo nella sindoneDel tuo crudele silenzio SolitudeDilatation morbide de mes angoissesSerpents dans la gorgeEt sueur glacialeJe me dresse devant ton autelY dépose une roseCueillie à un nuage flétriProstréJe m’enveloppe du linceulDe ton silence cruel  Mohamed Hakim Hakalay, Ombre Nascoste … Lire plus…

LA TERRE ET LES PIERRES [ARTHUR RIMBAUD]

        Si j’ai du goût ce n’est guère Que pour la terre et les pierres   Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, Faim.    En souvenir de ces belles pierres, et de cette belle terre, du Subasio. [À Carla et à la mémoire de M.H.A.]