EFFROI… [PHILIPPE JACCOTTET]

  Effroi. On part en lecture sous un futile prétexte et, au hasard d’une page, j’y reviendrai nécessairement, on rencontre l’effroi. On voudrait s’en expliquer… et l’on n’y parvient pas. On revient, prétendûment, pour s’en libérer, vers une lecture plus légère, et, avec elle, l’effroi nous revient. Alors, pour s’en libérer, prétendûment, on la livre. … Lire plus…

AU VIEUX NAVAGO

DE BRIC, DE BROC, DE BLOGUE ET DE BLAGUE*… Comme le vinaigre vieux, ce blogue est sujet à une lente élaboration. Patience donc ! EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT… Ce qui suit sur cinq colonnes à la une du Grand Quotidien Régional ‘L’Oignon’, jadis ‘issu de la Résistance’, qui journellement m’en abreuve, en faisant … Lire plus…

L’ANIMALE SŒUR [PHILIPPE JACCOTTET]

    Aphrodite, période hellénistiqueMusée national d’Athènes   On aura vu aussi ces femmes — en rêve ou non,mais toujours aussi dans les enclos de la nuit —sous leurs crinières de juments, fougueuses,avec de longs yeux tendres à lustre de cuir,non pas la viande offerte à ces nouveaux étals de toile,bon marché, quotidienne, à bâfrer seul entre … Lire plus…

FAITES PASSER… [PHILIPPE JACCOTTET]

Dans la nuit me sont revenues, avec une intensité pareille à celle que produit la fièvre, d’autres images de promenade ; au sortir d’un de ces rêves où l’on voudrait que certain nœud moite et vertigineusement doux ne se dénoue jamais. Cette fois-ci, c’était toujours la même réalité, un morceau du monde, et en même … Lire plus…

UNE MAIN TROP FROIDE [PHILIPPE JACCOTTET]

    Qui est, un tant soit peu, familier de ce lieu sait la place, sensible et précieuse s’il en est, que Philippe Jaccottet y occupe. Il serait abusif, inconvenant, d’ajouter qu’il est ici chez lui mais je peux assurer, que, pour ce qui me concerne et donne sens, je suis, moi, ici, chez lui. … Lire plus…

L’ŒIL, LE REGARD [PHILIPPE JACCOTTET]

    L’œil :une source qui abonde Mais d’où venue ?De plus loin que le plus loinde plus bas que le plus bas Je crois que j’ai bu l’autre monde Qu’est-ce que le regard ? Un dard plus aigu que la languela course d’un excès à l’autredu plus profond au plus lointaindu plus sombre au … Lire plus…

INTERLUDE SCHUBERTIEN

Comme évoqué dans Après coup du blogue caminante, Philippe Jaccottet fait référence, au détour d’une page de ses ‘Notes du ravin’, à ‘la dernière sonate de Schubert’ en ces termes : La dernière sonate pour piano de Schubert m’étant revenue hier soir, par surprise, une fois de plus, je me suis dit simplement : “Voilà.” … Lire plus…