DE GRANIT ET DE PLÂTRE [D.H. LAWRENCE / HENRI MICHAUX]

Je me rends compte que je déteste le calcaire — vivre sur du marbre, des terrains calcaires, des rochers calcaires. Je les déteste. Ce sont des rochers morts, ils n’ont pas de vie, ils ne font pas frémir mes pieds. Je leur préfère même le grès. Mais le granit ! Le granit est mon préféré. … Lire plus…

DU VRAI SEXE [D.H. LAWRENCE]

Chose promise, et qu’on l’entende comme on veut — ou comme on peut —, voici l’autre versant, mais si complémentaire, de ce que Pablo Neruda rendait manifeste dans son poème présenté hier. Ici, la passion érotique au corps à corps, ou plutôt au corps contre corps, de deux êtres, une femme et un homme, seuls … Lire plus…

MYSTIQUE [D.H. LAWRENCE]

Paul Cézanne, Pommes   Ils appellent mystique toute expérience sensible quand elle est réfléchie. Ainsi une pomme devient mystique quand j’y goûte l’été et les neiges, le sauvage désordre de la terre et l’insistance du soleil. Autant de choses que je puis sans faute goûter dans une bonne pomme Bien que certaines pommes aient surtout … Lire plus…

L’ÊTRE OU NE PAS L’ÊTRE [UN GENTLEMAN ANGLAIS]

  René de Obaldia, vert académicien (avec ou sans habit), s’est amusé à ceci : Cherche un garde-chasse Ni beau ni laid Mais doté d’un membre efficace Tel l’amant de Lady Chatterley Et encore à cela : Cherche un gentleman anglais Un homme accompli Qui, pour l’être tout à fait Viendra partager mon lit Mais … Lire plus…