DES POINGS DANS DES POCHES CREVÉES [JEAN-MARC LECHÂTEL]

Il est de ces poèmes, incertains sans doute, auxquels on s’accroche, on se rallie comme à des étendards en loque. Ils nous disent aussi bien que nous-mêmes. Et qu’importe alors si la mémoire de l’auteur, elle-même, s’est effilochée au fil de l’histoire. Gageons aussi qu’il est ainsi des trames qui ne s’égarent jamais tout à … Lire plus…

HOMME J’AI FROID… [JEAN-MARC LECHÂTEL]

homme j’ai froid parmi les hommes fermées fermées sont les croisées comme les yeux de ceux qui mangent pousse l’herbe des ruines entre les pavés des rues où j’emmène ma faim homme as-tu faim lorsque je déambule ? homme j’ai froid les mains tendues au-dessus du feu des hommes qui se chauffent j’imagine qu’elles repoussent … Lire plus…