UN MORCEAU DE VRAIE DENTELLE [RAINER MARIA RILKE]

D’abord régler un compte. De Rilke, nombre ne connaissent rien, c’est-à-dire qu’ils n’ont en bouche que les Lettres à un jeune poète. C’est tout. Cela suffit. Munis de ce viatique, les voici parés pour la haute mer de la haute poésie. Ils n’apprendront rien. Il n’y a rien à apprendre. Ce recueil ne leur est … Lire plus…

MOCK’ART | NON MANIFESTE [PAUL MASSON]

  NON PRIÈRE D’INSÉRER Mock’Art est à l’art ce que l’art est à la moquerie. Libératoire grimace ! Mock’Art est inodore, insonore, invisible, insipide, impalpable, inaltérable. Mock’Art est sans manifestation, sans concept, sans définition. Mock’Art EST. Mock’Art est sans salon, sans galerie, sans musée. Mock’Art est sans organisation, sans médiation, sans création, sans public. Mock’Art … Lire plus…

ÉCLAIRCIES [PHILIPPE JACCOTTET]

  La citation serait, chez Montaigne, la manifestation même de l’état d’âme du “mélancholique”, ou encore, justement, pour Jaccottet, la résultante de cette “chose étrange, d’abord un peu humiliante, puis merveilleuse et rassurante, (qui est) de trouver, chez une écrivain antérieur, l’énoncé rigoureux d’une expérience que l’on a faite soi-même et aussitôt jugée essentielle.” Toujours … Lire plus…

LUCIDITÉ, DÉSESPOIR ET ÉCRITURE [PIERRE MICHEL / OCTAVE MIRBEAU]

À PROPOS ET À PARTIR D’OCTAVE MIRBEAU   Dans un fascicule publié conjointement par la Société Octave Mirbeau et les Presses de l’Université d’Angers, et reprenant le texte d’un conférence donnée en décembre 1999 à Nantes, Pierre Michel s’est “proposé de réfléchir aux problèmes des relations entre la  lucidité, inséparable du désespoir, et l’écriture. Le … Lire plus…

JOYCE, J’AIME… [ANDRÉ GIDE]

En 1942, André Gide donne dans sa chronique du Figaro une série d’interviews fictives, qui feront la matière de Attendu que… publié par les Éditions Edmond Charlot à Alger en 1943. J’en extrais ici un fragment qui prend pour prétexte une controverse relative au Ulysse de James Joyce. On appréciera la subreptice subversion des références … Lire plus…

RIEN DE CE QUI EST SENSATION… [JOSEPH DELTEIL]

Joseph Delteil (1894-1978), à l’œuvre prolixe, qu’il ramena, par un auto-autodafé, proclamé, tout personnel et décrété définitif, à un gros volume de sept cents pages, donc œuvres intangiblement complètes et expurgées, ne comportant finalement plus que six titres – au feu le reste… et gare à qui se pencherait sur les cendres ! –, Delteil, … Lire plus…