LE FEU [OCTAVIAN PALER]

Ce n’est pas vrai l’histoire que les hommes ont découvert le feu en cognant deux pierres. Le feu est apparu d’autre manière, quand la solitude du premier homme s’est heurtée à la première question, quand un homme a songé à changer ses blessures en espoir, pour éclairer ses mains et la peur en lui. Peut-être … Lire plus…

LETTRE [LUCIAN BLAGA]

      Peut-être même maintenantNe t’écrirais-je pas ces lignesMais des coqs ont chanté par trois fois dans la nuitJ’ai dû alors crier :Mon Dieu, mon Dieu, qui donc ai-je renié ? Mère, je suis plus vieux que toi,Mais je suis toujours tel que tu me connais :Les épaules un peu voûtéesEt penché sur les … Lire plus…

LA DÉFINITION DE L’OMBRE [OCTAVIAN PALER]

      Si la lumière nous traversait nous n’aurions plus d’ombre, elle ne tournerait plus autour de nous telle un tournesol  noir. Et si elle ne tournait plus autour de nous telle un tournesol noir, la nuit, elle, ne dormirait plus en nous.   Octavian Paler, extrait de L’Ombre des mots (Définitions lyriques),Inédit en … Lire plus…

‘HUMANIMALITÉ’ OU BESTIALITÉ ?

‘L’homme est un loup pour l’homme’, la sentence est de Thomas Hobbes et elle a valeur de métaphore à l’usage d’une certaine philosophie politique, mais il est bien difficile de la retourner ; les loups ne comprennent pas quand on leur clame : ‘Le loup est un homme pour le loup’. Il est vrai qu’inventer … Lire plus…

L’AIR DU TEMPS [OCTAVIAN PALER]

Ce blogue n’est peut-être pas l’espace où prendre la parole en lieu et place de l’autre. Mais cet autre n’étant, hélas, plus avec nous pour le faire et comme, par ailleurs, il nous avait, d’une certaine manière, autorisé son propos en français, je me permets de noter ce court poème qui me semble non seulement … Lire plus…