JOYEUSES ENTRÉES [HOMMAGE À JAMES ENSOR]

D’UNE ENTRÉE, L’AUTRE Commençons par la…

LES ÉMEUTIERS, LA PAROLE DU DEHORS [TAREK ESSAKER]

INÉDIT. Ce texte de décembre 2005, inédit à la publication, a été présenté en lecture lors d’une émission de Radio Zinzine à Longo Maï. AVANT PROPOS DE CIRCONSTANCE. Ce texte rédigé fin 2005, dans la foulée des émeutes qui, selon le cliché éculé, ‘enflammèrent les banlieues parisiennes’, nous semble avoir, sans jamais l’avoir perdue d’ailleurs, … Lire plus…

LIVRE | ÉCRAN [PDF]

RÉSURGENCE En 2000, pendant quelques semaines, je rédigeai un journal automnal et parisien. Ses meilleures pages tournent, à partir de cette zone névralgique pour moi, entre le pont Alexandre III et la cour carrée du Louvre, autour d’une réflexion sur la peinture de Paul Cézanne et de ses proches. Tentative modestement comparable à celle menée … Lire plus…

LA PHOTO GALERIE…

AU FIL DES JOURS… LUMIÈRES ET PAYSAGES MOMENTS | MOUVEMENTS Cliquez sur les vignettes pour accéder à la visionneuse grand format et au détail des photos. Publiés par ailleurs, des billets LE MARAIS D’ORX, UNE RÉSERVE NATURELLE MÉCONNUE et AFFICHES DE PROPAGANDE DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE sont liés aux albums présentés ci-dessus. | Les … Lire plus…

LA VILLE

La Ville, la découvrir, comme on soulève maintes couvertures avant de parvenir à la nudité aimée. La Ville. Les villes. Je les ai parcourues, j’en ai parcourues d’aucunes. Paris, bien sûr, mais plus incertainement : Alicante, Amsterdam, Anvers, Barcelone, Bordeaux, Bruxelles, Cologne, Cork, Dublin, Florence, Galway, Gand, Liège, Lille, Limerick, Lisbonne, Londres, Lyon, Marseille, Milan, … Lire plus…

LE MYSTÈRE DES ANNEAUX D’OR

Voici quelques mois, traversant le pont Alexandre III, à deux pas de la place de la Concorde et à quelques pas de moi, une jeune femme se penche et, étonnée, ramasse un gros anneau d’or. Elle se retourne pour voir s’il n’appartient pas à quelque passant qui vient de le perdre. Personne en vue. Elle … Lire plus…

HORS SAISON !

    Un pot d’orchidée n’abolira jamais le printemps.     Ceci hors saison, bien sûr, — mais la triste mode des orchidées a-t-elle jamais sa saison ? — et aperçu derrière la sombre fenêtre enferraillée d’une austère et grande maison du Faubourg Saint-Germain.  

EXCENTRIC-NEWS