EXCENTRIC-NEWS

DE SITES ET DE BLOGUES DEPUIS 2003 L’HUMILIATION DE CÉZANNE [ELIAS CANETTI] 21 novembre 2019 par VincentSteven Je suis bouleversé d’apprendre tous les malheurs qu’eurent à souffrir les peintres “modernes” d’il y a cent ans. Je suis bouleversé par l’innocence de Cézanne, qui se vit exposé à toutes les humiliations, et même à la pire … Lire plus…

LES EXTRAITS D’OCTOBRE [TAREK ESSAKER]

LES EXTRAITS D’OCTOBRE | Les 14 et 15 octobre 2019, Tarek me ‘dictait’ à distance, et avec une sorte d’urgence et de nécessité, un ensemble d’extraits de ses écrits. Je les publie ici avec la même nécessité et la même urgence. | Vincent Lefèvre.

SILENCE SILENCE | CONTRIBUTION [TAREK ESSAKER ]

ARCHIVE | Contribution à l’ouvrage collectif dirigé par Marc Imberechts dans le cadre de l’Atelier Tétras Lyre | Éditions Tétras Lyre, Liège, 2017.

ÉPHÉMÈRES+ [TAREK ESSAKER]

ÉPHÈMÈRES+ | Au fil des jours, des ‘petits textes’ publiés en exergue de LA PAGE DE TAREK. Les dates sont celles de publication. … Les mots, la musique sont quelquefois ce rien qu’on ne mesure, simplement rêve qui se retranche dans l’invisible brûlant des terres. Si c’était quelque chose entre les choses, une herbe sans … Lire plus…

ODOMO [TAREK ESSAKER]

ARCHIVE | ‘Odomo’ est un texte transversal, repris de diverses manières par les uns et par les autres, il n’a jamais trouvé son véritable interprète. Un texte ‘beckettien’, peut-être ?! | 2005-2006 | N.B. : l’interprétation qui devait en être donnée lors de la soirée ‘musique et poésie’ du 17 mars (annulée pour les raisons … Lire plus…

LA VIE COMME ELLE VA [TAREK ESSAKER]

ARCHIVE | Texte intégral tel que donné lors des différentes représentations | Annexé, la présentation du spectacle inaugural du 5 décembre 2005 à Bruxelles | 2005

QUELQUES DIABLES PLUS LOIN [TAREK ESSAKER]

ARCHIVE | Commande du magazine ‘C4’, publiée à Liège, à l’occasion d’un dossier spécial ‘Diables’ | 2005 | DÉCOUVRIR LES AUTRES CONTRIBUTIONS dans les archives du magazine.

LE CHAPEAU DE MON PÈRE [TAREK ESSAKER]

ARCHIVE | Texte inédit finalisé en 2003 | Peut-être un des plus chers à l’auteur.

EN TOUTE LETTRE ET EN TOUTE MARGE DE MON ÉCRITURE [TAREK ESSAKER]

CELUI QUI DONNE… … Celui qui donne et nous fait savoir ses visions du monde, nous fait devenir avec lui. Il nous prend dans le bégaiement et le composé de ce qui passe par les mots, les sensations, les sens, les sons ou les pierres. Tout tient de langage, se sert des mots pour crier, … Lire plus…

LA PAGE DE TAREK ESSAKER

L’écriture est un exil qui nous choisit et nous raconte. ICI ET LÀ… PAR DELÀ L’ÉCRAN UN DÉSERT ET UNE ERRANCE À DÉCOUVRIR ET RECOUVRER… VIDÉO | TAREK ESSAKER | LES SESSIONS DU BOURDON | En exclusivité et en avant-première, avec l’aimable autorisation de Éric Doppagne, Les Sessions du Bourdon, Liège, février 2020. À retrouver … Lire plus…

LA MÈRE DE LA DÉSOLATION [ILIO NOVELLINO]

L’intermittence mécanique de la pluie, les briques et les fenêtres, la lampe dont on a oublié l’usage, que fais-tu sans réponse parmi les gestes des épingles. Et si nous mettions tous les ascenseurs du monde l’un au-dessus de l’autre est-ce que la lune pourrait descendre ? Parce que Madame est fille du diable. Nous vivions … Lire plus…

MORANDI EN JOUEUR D’ÉCHECS [PHILIPPE JACCOTTET / HERBERT LIST]

Un portrait, par le photographe Herbert List, de Morandi penché sur un groupe de ses objets familiers dans un regard d’une telle puissance de concentration qu’un critique a pu comparer l’attitude du peintre à celle d’“un joueur d’échecs qui médite un coup tout en ayant déjà présent à l’esprit le schéma des coups suivants, voire … Lire plus…

UN MORCEAU DE VRAIE DENTELLE [RAINER MARIA RILKE]

D’abord régler un compte. De Rilke, nombre ne connaissent rien, c’est-à-dire qu’ils n’ont en bouche que les Lettres à un jeune poète. C’est tout. Cela suffit. Munis de ce viatique, les voici parés pour la haute mer de la haute poésie. Ils n’apprendront rien. Il n’y a rien à apprendre. Ce recueil ne leur est … Lire plus…

PETIT MATIN [JACQUES PRÉVERT]

Regardez-le, écoutez-le ronfler, il rêve, il rêve qu’il part en voyage, rêve que tout va bien, qu’il a un coin, mais l’aiguille du réveil rencontre celle du train et l’homme levé plonge la tête dans cuvette glacée si c’est l’hiver, fétide si c’est l’été. Regardez-le se dépêcher, boire son café-crème, entrer à l’usine, travailler, mais … Lire plus…

AU PASSAGE… STRASBOURG [ANDRÉ GIDE]

Chacun de faire le voyage, auparavant c’était vers l’Italie, à l’exemple des jeunes Anglais ; en cette fin du dix-neuvième siècle, c’est vers l’Allemagne, patrie de …, Goethe…, et maintenant de Wagner. Et c’est aussi le passage obligé par l’Alsace, c’est à dire par Strasbourg, terre “française” qu’il faudra un jour libérer. C’était Nerval, Hugo…, … Lire plus…